Tags

Related Posts

Share This

David Linx : Rock My Boat

David Linx – Rhoda Scott – André Ceccarelli
Rock my boat (Naïve)

Après le succès de Follow the songlines enregistré en compagnie de Maria Joao et d’un orchestre symphonique, album qui lui a valu une Victoire de la Musique en novembre dernier, David Linx replonge dans une tradition plus blues et soul, comme en témoignent les titres Rock my boat et Foolkiller. A la base de la formation qui l’entoure, deux musiciens chevronnés qu’il avait notamment rencontrés lors des Dinant Jazz Nights. D’une part, l’organiste américaine Rhoda Scott qui perpétue la grande tradition de l’orgue Hammond, dans le sillage de Jimmy Smith et Lou Bennett. Après avoir joué en duo que ce soit avec Kenny Clarke ou Félix Simtaine, elle avait formé, en 2009, avec la chanteuse La Velle, un quartet au nom révélateur: the Soul Sisters. D’autre part, le batteur André Ceccarelli avec qui David avait notamment enregistré Le coq et la pendule, en hommage à Claude Nougaro. Si certaines plages (les ballades I never went away, Where rivers join, A quiet place) sont gravées en trio intimiste, de nombreux invités viennent s’ajouter selon les plages, que ce soit les saxophonistes Steve Houben (un très lyrique Childhood) ou Julien Lourau (le groovy Rock my boat et ce Just give me time de Francy Boland dynamisé par des cuivres sous la direction de Laurent Cugny), les vocalistes Lenine (un empathique duo sur une musique d’Ivan Lins) ou Tejan Karefa avec un texte dédié à James Baldwin, le guitariste Nguyên Lê (six titres) ou le contrebassiste Christophe Wallemme (3 plages) et, naturellement, l’ami de toujours, Paolo Fresu (On the other side). Une véritable mosaïque d’invités et d’influences musicales qui reflète toutes les facettes du vocaliste le plus personnel de la scène actuelle. Pour en savoir plus sur cet album, rendez-vous sur le site Citizenjazz: David détaille et commente tous ses choix musicaux. Autre rendez-vous probable: les prochaines Dinant Jazz Nights dont Rhoda Scott sera la marraine.
Claude Loxhay