Ana Popovic, Trilogy oct04

Tags

Related Posts

Share This

Ana Popovic, Trilogy

Ana Popovic, Trilogy 

ArtisteXclusicve Records

Que l’on aime ou pas le blues contemporain et le blues rock, il faut reconnaître qu’Anna Popovic, d’origine Serbe, en est une des meilleures représentantes. Et, même si elle réside la plupart du temps aux USA (Memphis…) et enregistre à New Orleans, avec des partenaires prestigieux (anciens accompagnateurs de B.B.King, etc.), elle tourne beaucoup en Europe, et aussi chez nous, en Belgique, notamment au « Spirit of 66″ à Verviers. Jeune, mince, court vêtue et sexy, son talent de guitariste, réel, passe plutôt inaperçu en concert, tant les regards mâles se braquent sur sa plastique ! Par contre, sur disques, ses qualités instrumentales sont d’emblée perceptibles, au centre de l‘attention auditive. Son dernier opus, Trilogy, est un coffret de 3 albums, enregistrés à la Nouvelle Orleans avec, pour une part ses musiciens habituels ( Stéphane Avellaneda à la batterie….), et d’autre part des pointures locales. Les albums portent les titres de Morning , Mid-day et Midnight. Entou,rée de guests très connus, Ana Popovic a ainsi voulu présenter 3 facettes de ses talents : Morning reprend des faces soul funky dont un plaisant If Tomorrow Was Today et aussi un Train où le guitariste Joe Bonamassa est en guest, tout comme Ivan Neville (claviers) et George Porter Jr.( basse). Sur un autre titre, Hook Me Up, Ana bénéficie du soutien de Robert Randolph (lap steel guitar). Quant à l’album Mid-day, il met en évidence le côté blues rock de Popovic, avec une touche de soul dans l’excellent – et coquin – Let’s Do It Again, en duo avec le chanteur Al Kapone (sic), accompagnés par Cody Dickinson (batterie et claviers), et un roboratif blues rock instrumental en tempo rapide,  Who’s Yo Mama ?, sans oublier un Cryin For Me accrocheur grâce à sa mélodie obsédante. Enfin, l’album Midnigh met en évidence Ana Popovic en tant que (bonne) chanteuse de jazz – une facette de ses talents moins souvent mise en avant lors de ses concerts – de Heaven’s Crying avec le batteur Bernard Purdie à In a Sentinetal Mood ou Waiting on You, avec entre autres Purdie et aussi Delfayo Marsalis (trombone et arrangements pour les cuivres), mais aussi nombre d’autres musiciens locaux de niveau international.

Robert Sacré