Orchestre National de Jazz, Europa – Roma oct24

Tags

Related Posts

Share This

Orchestre National de Jazz, Europa – Roma

Orchestre National de Jazz – EUROPA Rome – Teaser from Romain Al’l on Vimeo.

Orchestre National de Jazz, Europa – Roma

ONJ RECORDS

Après « Europa – Paris » et « Europa – Berlin », voici « Europa – Roma », le troisième projet de l’ONJ d’Olivier Benoît. Si le Nordiste avait écrit le répertoire de ses deux premiers opus, pour célébrer Rome et la richesse multiple de sa culture, il a fait appel ici à deux compositeurs qui ont, en commun, leur passage par l’IRCAM, l’Institut de Recherche et Coordination Acoustique Musique créé par Pierre Boulez en 1969, soit le Français Benjamin de la Fuente et l’Italien Andrea Agostini, avec pour perspective de jeter des ponts entre jazz, musique contemporaine et musique improvisée. L’Italie n’est-elle pas la terre natale de compositeurs comme Luciano Berio ou Luigi Nono ? Diplômé des Conservatoires de Toulouse et Paris mais aussi détenteur d’une maîtrise en musicologie de l’Université de Paris VII, Benjamin de la Fuente se partage entre un travail de compositeur (il a écrit pour des ensembles comme Ictus, Ars Nova ou Les Percussions de Strasbourg) et une carrière de violoniste, notamment avec le groupe Caravaggio réunissant Samuel Sighicelli (synthé), Bruno Chevillon (basse électrique) et Eric Echampard (batterie). De son côté, Andrea Agostini a étudié la composition et la musique électronique à Bologne, avant de rejoindre, comme Benjamin de la Fuente, l’IRCAM à Paris. Pianiste de formation, il manifeste une curiosité pour la totalité des langages musicaux: rock, improvisation, musique électronique (il enseigne d’ailleurs la musique électronique au Conservatoire de Turin). 

Le choix de déléguer le travail d’écriture n’est pas le seul changement par rapport aux deux projets précédents. Pour « Europa -Roma », Olivier Benoît intervient seulement en tant que directeur artistique, il laisse le poste de guitariste à Didier Aschour, un musicien issu du Conservatoire de Paris et dédié essentiellement à la musique contemporaine microtonale. Fondateur de l’ensemble Dedalus auquel collabore Olivier Benoît, il est Directeur du Groupe de Musique électroacoustique d’Albi. Par ailleurs, Bruno Chevillon a cédé sa place à la basse électrique de Sylvain Daniel, bassiste du précédent ONJ, celui de Daniel Yvinec. Le répertoire d’Europa- Roma est constitué de deux suites. La première In Vino Veritas de Benjamin de la Fuente mêle musique, photographies sonores de Rome et extraits des dialogues du film « Gente di Roma » d’Ettore Scola. Les six mouvements de cette suite sont basés sur une opposition très vive entre une exubérance exacerbée (Esuberanza 1, Esuberanza 2, Un altro eccesso) et séquences apaisées avec extraits de dialogues (La Scena 1 – dal fiato al armonia, La Scena 2 – nella trattoria) ou avec sonneries de cloches (Le Campane – transformazione). Alternent ainsi masses orchestrales compactes et imposantes, avec quelques envolées survoltées (clarinette de Jean Dousteyssier et soprano d’Alexandra Grimal sur Esuberanza 1, trompette de Fabrice Martinez sur Esuberanza 2, clarinette sur Un altro eccesso) et une large place laissée aux instruments électriques (guitare de Didier Aschour, basse de Sylvain Daniel et claviers de Paul Brusseau) et plages mélancoliques d’où surgissent les voix des comédiens d’Ettore Scola. Chaque mouvement allant de 4 minutes trente à près de 8 minutes.

La seconde suite A Tone Poem of Sorts d’Andrea Agostini est constituée de 13 courtes séquences de 30 secondes à 3 minutes qui reposent sur la masse sonore compacte de l’orchestre (Espace, Topology), avec déflagrations rock dues aux instruments électriques (Beta+ World City) : une musique minimaliste à l’architecture sinueuse. Après cet « Europa – Roma » présenté le 5 octobre dernier au Carreau du Temple à Paris, l’ONJ rejoindra la Norvège, en décembre prochain, pour une résidence d’une dizaine de jours à Oslo. Objectif: rendre compte des multiples esthétiques musicales scandinaves, du nu-jazz de Nils Petter Molvaer au free de Mats Gustafsson. L’ONJ sera rejoint pour l’occasion par Jessica Sligter, chanteuse d’origine néerlandaise mais installé à Oslo. Sortie de l’album prévue au printemps 2017. D’autres découvertes en perspective.

Claude Loxhay


30 ans de l’ONJ – Interview d’Olivier Benoit par francemusique