Mikmâäk, Mikmâäk nov17

Tags

Related Posts

Share This

Mikmâäk, Mikmâäk

MikMâäk – Back Stage 13 February 2014 from Mâäk on Vimeo.

Mikmâäk, Mikmâäk

DE WERF RECORDS

Un singulier OVNI que l’album éponyme de Mikmâäk, formule big band du collectif Mâäk formé en 1997 par Laurent Blondiau (trompette) et Jeroen Van Herzeele (saxophone). L’énergie furieuse qui se dégage de l’album (dont certains titres mettront l’auditeur amateur de sensations fortes dans un état de véritable jubilation : TiltKatsounine 5) n’est pas sans rappeler certains orchestres de jazz déjantés comme l’incontournable Mingus Big Band, ou encore le Gil Evans Orchestra. L’esthétique des compositions cependant s’en écarte, explorant notamment des couleurs évocatrices de la nébuleuse que l’on appelle par commodité « musique contemporaine » (Marche cubisteEtoile de brume suspendue).

A terme, la fusion des genres est parfaitement maîtrisée et le produit fini d’une immense richesse; on sent bien que l’on a affaire à des musiciens qui se sont appropriés en profondeur les inspirations d’avant-garde dont le projet est tributaire. En somme, Mikmâäk nous offre un véritable tsunami musical où se mêlent moments de pure beauté (la superbe Litanie, Katsounine 3, Katsounine 4) et expériences poussant la sensibilité de l’auditeur dans ses ultimes retranchements (TiltKatsounine 5 et son climax apocalyptique). Des improvisations résolument free se frayent un chemin à travers un dédale sonore haut en couleurs, au sein duquel ordre et chaos sont habilement mis en balance et joyeusement subvertis.

Le disque fascine par l’intensité qui s’en dégage de bout en bout, et par le bouillonnement des formidables créativités qu’il réunit au fil de ses treize titres. Nous sommes ici à mille milles d’un jazz propret propice à mettre l’ambiance lors d’une soirée cosy. Lorsqu’elle résonne, la musique de Mikmâäk ne laisse place à rien d’autre qu’elle-même. De cette intensité découle une dimension « tout ou rien » à double tranchant : l’auditeur restera scotché, ou coupera la musique. A recommander absolument… à tous les amateurs de sensations fortes.

Kenzo Nera 

Line-up : Bart Maris, Jean Paul Estiévenart, Laurent Blondiau : trompettes | Michel Massot, Pascal Rousseau, Niels Van Heertum, Adrien Lambinet : tubas, trombones | Guillaume Orti, Jeroen Van Herzeele, Bo Van der Werf, Grégoire Tirtiaux: saxophones | Pierre Bernard, Quentin Manfroy : flûtes | Yann Lecollaire : clarinette | Fabian Fiorini: piano | Claude Tchamitchian : contrebasse | João Lobo : batterie

Une fois n’est pas coutume… cette chronique est bien un « rattrapage » suggéré par une de nos jeunes plumes, comme un teaser de deux concerts programmés début 2018 :

16 January 2018 19:00 MikMâäk @ Brussels Jazz Festival
@ Flagey – Brussels
WebsiteMore info
17 January 2018 20:00 MikMâäk @ Centre Wallonie Bruxelles (Paris)
@ Centre Wallonie Bruxelles à Paris