Texier – Marguet Quartet, For Travellers Only mai03

Tags

Related Posts

Share This

Texier – Marguet Quartet, For Travellers Only

Sébastien Texier & Christophe Marguet Quartet

For Travellers Only

CRISTAL RECORDS

Voilà 25 ans que le saxophoniste Sébastien Texier, le fils d’Henri (contrebassiste), et le batteur Christophe Marguet se connaissent. Ensemble, ils ont fait partie du trio Résistance Poétique avec le contrebassiste Olivier Sens, puis du quartet Résistance Poétique, avec Bruno Angelini (piano) et Mauro Gargano (contrebasse) pour « I.Trane » en 2007 et « Buscando la luz » en 2010, mais aussi du quartet Ecarlate avec Bruno Chevillon (contrebasse) et Olivier Benoît (guitare). Ils se sont aussi bien sûr croisés au sein du Strada Sextet d’Henri Texier (albums « Water Alert » et « (V)Ivre) », avec Manu Codjia (guitare), François Corneloup (saxophone baryton) et Gueorgui Kornazov (trombone) puis du Nord Sud Quintet (Canto Negro), toujours avec Manu Codjia et Francesco Bearzati (saxophone ténor). Bien sûr, ils ont chacun poursuivi leur chemin. Sébastien Texier avec ses albums « Don’t Forget You Are An Animal », avec Claude Tchamitchian à la contrebasse, « Toxic Parasites » en quintet avec Alain Vankenhove (trompette) et Dreamers avec Pierre Durand (guitare). De son côté, Christopghe Marguet avec le sextet Reflections (avec Michel Massotet les guitares d’Olivier Benoît et Philippe Deschepper) mais aussi les albums « Pulsions » et « Looking For Parker » ou, dernièrement, en quintet avec Yves Rousseau (contrebasse) pour « Spirit Dance ». Mais ils ne se sont jamais perdus de vue. Les voici à la tête d’un nouveau quartet avec, à la guitare, le fidèle Manu Codjia, qui, outre Henri Texier, a croisé Daniel Humair, Gueorgui Kornazov ou l’Orchestre National de Jazz de Paolo Damiani et, au tuba, François Thuillier, membre du MegaOctet d’Andy Emler, du Jazz Ensemble de Patrice Caratini, de l’European Tuba Trio, du  Brass Trio avec Serge Adam (trompette) et Daniel Casimir (trombone). Voici un quartet très différent de celui de Résistance, une formule qui réunit un saxophone alto volubile et aérien confronté à la bonhomie sereine d’un tuba qui, tantôt, tisse la ligne de basse, tantôt, devient soliste à part entière. Deux références viennent à l’esprit : le quartet d’Arthur Blythe avec Bob Stewart ou Trio Bravo (la référence n’est pas extravagante : Sébastien Texier a formé un duo Seb et Deb avec Michel Debrulle). Au répertoire de ce « For Travellers Only », 10 compositions originales, 5 écrites par le saxophoniste, 5 par le batteur : une musique dense, flamboyante qui mêle énergie et beauté mélodique (Seb n’est pas pour rien le fils d’Henri). L’album s’ouvre sur The Next Door, très belle mélodie portée par le saxophone alto avec le tuba en ligne de basse, le tout porté par le groove énergique de Christophe Marguet et avec une belle envolée électrique de la guitare. Suit Cinecitta, évocation langoureuse du cinéma italien, une superbe mélodie hantée par le fantôme de Nino Rota. Après une intro du tuba, la clarinette alto confère une réelle aura à la mélodie gorgée de mélancolie, le tout avec un solo ébouriffant de Codjia, en parfait contraste avec la clarinette. Par la suite, compositions au tempo vif porté par l’omniprésence de la batterie (Hurry Up, Lilian’s Tears au rythme tournoyant, Eddie H au groove très bluesy et Travellers, la pièce la plus proche de l’univers bigarré de Trio Bravo) alternent avec des compositions plus sereines mais gorgées de sensibilité (The Same But Different, Peace Overture, avec un alto proche de la sonorité de Lee Konitz, Migrants avec un beau solo du tuba, Le jardin suspendu avec solo de guitare sur fond de tuba). Un album superbe de bout en bout. Ce qui ne gâte rien, une belle pochette avec de belles photos des musiciens. Quand un organisateur belge aura-t-il la bonne idée d’inviter ce quartet d’exception ?

Claude Loxhay

Concert

Pelzer Jazz Club (Liège), le mercredi 9 mai