Pépites #6, Around Jazz mai08

Tags

Related Posts

Share This

Pépites #6, Around Jazz

Around Jazz, quelques pépites…

C’est du jazz… mais pas tout à fait non plus. Voici une collection de disques qui méritent qu’on leur rétrocède une oreille très attentive.

Ordinaire, Tales of Fluvial Highways

EASTERN BELGIUM AT NIGHT

Il conviendra de décoller la fermeture de l’emballage plastifié; retirer lentement l’enveloppe noire au format carré 160 X 160 ; faire glisser vers le bas la petite languette de couleur orangée, sans la rompre; ôter délicatement le carton plié qui s’y trouve et qui abrite une photo 150 X 100 sur papier Kodak brillant (elle représente le phare Albert Premier, à l’entrée du Port de l’Île Monsin à Liège); enfin, insérer le cédé dans le lecteur, et se laisser doucement transporter par l’atmosphère sombre (un rien angoissante) qui s’y trouve… Au terme de cet algorithme, et pour autant que l’auditeur refuse (pour une fois) de répondre aux sirènes faciles de l’analyse (il lui suffit simplement d’accepter le principe du lâcher-prise…), nous lui promettons d’atteindre une forme de bien-être… La volupté se mérite… A propos : Ordinaire se compose d’un musicien / capteur de sons et de la voix de l’auteur qui récite de façon monocorde un carnet de notes dédié aux petites consignations et autres prescrits légaux en matière de navigation en voies fluviales. Fascinant, on attend la suite !

 

Matthew Bourne, Isotach 

THE LEAF LABEL

Matthew Bourne a collaboré plus ou moins activement à des projets menés par des musiciens aussi influents qu’Annette Peacock, John Zorn ou encore Amon Tobin. Il délaissera plus tard son piano au profit de synthétiseurs aussi analogiques que vintages, grâce auxquels il rencontrera un réel succès d’estime. On se souvient par exemple de « Radioland », un hommage rendu à Kraftwerk à l’occasion du quarantième anniversaire de la parution de Radio-Activity. Cinq ans que notre explorateur avait complètement abandonné son piano, époque à la quelle il avait publié en solo l’album « Montauk ». A l’occasion de ce nouveau « Isotach », le claviériste britannique reprend seul la route de l’ivoire avec, pour unique compagnon, un violoncelle discret dont il tient lui-même l’archet. Ce disque-ci a été enregistré entre les coups de cafard, sur une période de dix-huit mois (deux accouchements…) durant lesquels Matthew Bourne a composé pour de nobles raisons : une commande pour le « Piano Day », une déclaration d’amour, un cadeau de mariage. Vous l’aurez deviné, ce disque inspiré du climat houleux qui enveloppe le Yorkshire en hiver, n’aura aucune utilité pour vos soirées farandoles. Au contraire, cette petite merveille invite à l’introspection mélancolique et rêveuse.

François Poitou, Funambule

YOVO MUSIC

Musique de chambre et jazz ont bien souvent composé un beau ménage. Citons à titre d’exemples André Klenes Adam’s Dream, le Kronos Quartet ou encore, plus proche de nous, les Bruxellois de Echo Collective. Encore faut-il que le compositeur évite de diriger son embarcation trop près des rives de l’ennui. Pari tenu en ce qui concerne le contrebassiste français François Poitou, prestataire de nombreux concerts au sein du quartet Yovo.cSon « Funambule » réunit sur un même fil détendu un quatuor à cordes et une formation de jazz en trio. Sans batterie… Ce qui, comme il le précise dans le dossier de presse, l’a obligé « à plus penser la dynamique des morceaux au niveau des arrangements». Pour obtenir un résultat élégant, une musique qui se prêterait volontiers à l’habillage d’un film dont le réalisateur s’appellerait plutôt Patrice Leconte que Ridley Scott.

 

Joseph « YT » Boulier