Tags

Related Posts

Share This

Anders Osborne : Black Eye Galaxy

Anders Osborne, Black Eye Galaxy (Alligator ALC 4948)

WWW.ANDERSOSBORNE.COM

Le blues est une musique populaire, donc en continuelle évolution.  Il faut bien reconnaître que des musiciens blancs sont les plus aventureux pour explorer des voies nouvelles pour renouveler le genre,  en tenant compte de tous les mouvements musicaux contemporains. Néanmoins, ils gardent des contacts plus ou moins serrés avec  leurs modèles, ainsi qu’avec les racines africaines-américaines. Dans ce domaine, Andres Osborne est un des compositeurs, guitaristes et interprètes les plus doués de sa génération. Né en Suède en 1966, Osborne a démarré, à 16 ans, une vie d’errance, assortie de petits boulots, en Europe, Afrique du Nord, Asie et Moyen Orient avant de se retrouver à New York en 1985 décidé à devenir musicien.  Très vite, il « descend » à New Orleans, il s’y installe à demeure et s’imbibe de tous les courants musicaux locaux, en  y accomplissant une belle carrière avec 9 albums au compteur (Rabadash, Okeh, Shanachie et MC Records) avant de rejoindre l’équipe de Bruce Iglauer en 2010 avec «American Patchwork», album qui le propulse au niveau des plus grands. Il a composé les 10 faces de ce nouvel opus (dont 2 en collaboration). Les 6 premiers morceaux sont  torturés et lancinants :  ils se rapportent à des épisodes de sa vie qui ont failli le détruire, comme les drogues, les mauvais choix et les excès en tous genres . Ainsi, le très évident  Mind of A Junkie , l’hypnotique Black Tar, un Black Eye Galaxy, très expérimental avec plus de onze minutes d’errances dans une galaxie très noire, comme un adieu à son passé. La suite est plus apaisée, sereine, avec Tracking My Roots ( aux accents country dans la facture), Louisiana Gold, son hymne à la Louisiane, Dancing In The Wind , sa joie de vivre actuelle et un Higher Ground, composé avec Henry Butler, aux accents gospel, accompagné par des cordes . Avec Osborne on peut parler de blues progressif, comme on parlait jadis de rock progressif !

Robert Sacré

http://www.andersosborne.com/