Pépites #52, Around Jazz oct08

Tags

Related Posts

Share This

Pépites #52, Around Jazz

Around Jazz, quelques pépites…

C’est du jazz… mais pas tout à fait non plus. Voici une collection de disques qui méritent qu’on leur rétrocède une oreille très attentive.

Loïs Le Van,

Vind

CRISTAL RECORDS

Loïs Le Van, c’est avant tout une voix. Exceptionnelle, dans un registre hermaphrodite étendu. Une voix à la recherche de musiques et d’atmosphères délicates, au bord de la rupture. S’il cite volontiers Chet Baker parmi ses sources d’influence (en effet, il y a cette douceur onctueuse), nous rajouterons David Linx, son professeur bruxellois. On retrouve aujourd’hui le chanteur lyonnais au sein d’un trio atypique qui comprend sa complice Sandrine Marchetti au piano (avec laquelle Loïs Le Van avait fondé Les Yeux de Berthe), ainsi que le guitariste d’inspiration scandinave Paul Jarret, qui prend à son compte trois belles compositions de l’album. Ajoutons la participation précieuse et dans l’ombre de Laura Karst qui a écrit les textes de ce « Vind » poétique. Il souffle sur cette fomation en rangs serrés, une brise tiède et légère, un vent de plénitude qui autorise les dialogues les plus intimes et les écoutes de qualité. Oui, on peut l’affirmer, Loïs Le Van a trouvé ici la formule idéale qui s’accorde à un univers à la beauté fragile. Son univers.

Red Kite,

Red Kite

RARE NOISE

Ce cerf-volant rouge rassemble quatre personnalités bien connues dans le milieu du jazz alternatif et de la musique progressive norvégienne. Leurs premiers ébats sous l’appellation Red Kite remontent à l’édition 2016 du Vossa Jazz Festival, dans le prolongement duquel ils ont enregistré les sessions de ce premier album éponyme. A l’exception du prodromique Ptah, The El Daoud d’Alice Coltrane exécuté sous Red Bull, les quatre autres (longues) compositions sont signées de la main du guitariste Even Helte Hermansen dont on a croisé le nom au sein du trio de tendance free Bushman’s Revenge. De libertés, il sera bien évidemment encore question ici. On ne signe pas chez RareNoise pour vivre enchaîné. Le quartet produit un jazz-(hard)-rock progressif qui combine les riffs lourds d’un Black Sabbath et la complexité excentrique d’un King Crimson, ce qui, à l’écoute du résultat, n’est pas aussi saugrenu qu’on ne pourrait le penser ! Ce « Red Kite » conçu en Tèrra Aventura nous invite à scruter un horizon inconnu, équipés de bottes renforcées, un bâton de pèlerin à la main. Et ça, on aime plutôt bien !

Tonbruket, 

Masters Of Fog

ACT MUSIC

Plus de dix ans après le décès de son mentor, l’Esbjörn Svensson Trio continue à alimenter l’actualité. Un nouvel album posthume « E.S.T. Live in Gothenburg » sera d’ailleurs publié par le label allemand ACT à la fin de ce mois d’octobre. Nous y reviendrons… L’aura qui enveloppe le trio depuis le sinistre accident qui a ôté la vie à Esbjörn Svensson semble éclipser quelque peu la carrière de la section rythmique survivante. Qui pourtant, ne demeure pas inactive. La paire Berglund (contrebasse)/Öström (batterie) nous a par exemple offert un des plus beau souvenir de concert cette année avec le projet Rymden complété par le claviériste Bugge Wesseltoft. Pour sa part, Dan Berglund présente avec ce « Masters of Fog » le sixième volet des aventures de son quartet suédois Tonbruket. Ceci dans la foulée d’un « Live Salvation » rétrospectif qui annonçait sans doute que le groupe se préparait à suivre de nouvelles routes, ce qui, en effet et en partie, se vérifie. S’il reste dans la musique de Tonbruket un fond « jazz-rock à la Weather Report », on perçoit aussi – et c’est plutôt nouveau – un intérêt pour les effets électroniques (néanmoins) discrets et les mélodies quasiment pop (écoutez en priorité le floydien The Enders magnifié par la présence d’un quatuor à cordes). Avec ce « Masters of Fog » poliment déroutant, la bande à Berglund mérite une mise en lumière qu’elle n’a pas encore obtenu. Dont ACT.

Joseph « YT » Boulier