Tags

Related Posts

Share This

Southern Blues Night, 17ème édition !

15 mars 2013 : 17 ème édition du Southern Blues Night à Heerlen (NL)

WWW.SOUTHERNBLUESNIGHT.NL

Il faisait bien froid en cette soirée du 15 mars dernier pour rejoindre Heerlen et assister à la nouvelle édition de ce rendez-vous annuel du blues au Sud des Pays-Bas. Cependant, l’ambiance dans le centre culturel était bien « hot », et  non pas seulement grâce à la foule d’amateurs qui s’y pressait, mais surtout par la chaleur dégagée par les orchestres à l’affiche.

En effet, deux grandes salles accueillaient les vedettes, tandis que divers petits lieux étaient réservés aux groupes débutants qui s’y donnaient à fond, dans un déluge de décibels . Comme de coutume, l’affiche était alléchante et variée, avec des formations de blues traditionnel, d’autres plus funky ou jazzy et parfois même même folk.

Premier concert dans la « Limburgzaal », à 20h30, avec Khalif Wailin’ Walter, le chanteur et guitariste aux dreadlocks. Il nous vient de Chicago, et est le neveu de Carl Weathersby. Membre du groupe de Lonnie Brooks, il a participé aux tournées de Taj Mahal, de Buddy Guy, Junior Wells et quelques autres. Avec trois albums au compteur, Khalif Wailin’Walter s’est offert du bon temps à Heerlen,  son large sourire lui a permis de gagner rapidement la sympathie du public avec lequel il a plaisanté, riant parfois aux éclats. Son répertoire est éclectique, allant du blues traditionnel au rock, ou encore la soul façon James Brown, et, de ci de là , des accents funky. La salle était comble, avec un public très réceptif mais dont une partie décrochait pendant les épisodes soul-funk pour aller écouter le duo Hans Theessink-Terry Evans, dans la « Rabozaal ». Tant pis pour eux, car la fin du concert de Khalif était dominée par un Chicago blues de bonne facture.

Khalif Wailin'Walter (c) Robert Sacré

A 21h45, dans cette même « Limburgzaal », c’était au tour de Mud Morganfield de remplir la salle. Très attendu, chacun savait qu’il ressemblait physiquement à son père, en version extra-large, mais ses expressions faciales et le timbre de sa voix rappellent son père : Muddy Waters ! Naturellement, Mud Morganfield allait jouer avec cette filiation qui plaisait aux spectateurs qui en redemandaient. Il a chanté une sélection de son album « Son Of The Seventh Son », ainsi qu’une sélection de titres popularisés par son père : 40 Days and 40 Nights, Baby Please Don’t Go, I Just Want to Make Love to You,  ce dernier titre d’ailleurs très apprécié par des spectatrices plutôt très excitées.  Deux fans vont d’ailleurs faire irruption sur la scène et danser de manière lascive autour d’un Morganfield fort ravi.  Bien qu’il ne joue d’aucun instrument, Mud Morganfiel était entouré par un groupe européen talentueux et très au courant de son répertoire, plus particulièrement le norvégien Ronni Boysen à la guitare et l’anglais Sam « Harmonica » Anderson à l’harmonica.

Mud Morganfield (c) Robert Sacré

Ensuite, retour à la « Rabozaal » pour l’Heritage Blues Band pour ce qui fut sans doute le meilleur concert de la soirée. Chaney Sims est une chanteuse qui s’y entend pour faire passer un message. En effet, sa palette émotionnelle est vaste, et elle était en phase avec le public. Accompagnée par son père, Bill Sims (chant, guitare et piano), Junior Mack (chant, guitare, slide), Vincent Bucher (harmonica) et une section cuivres avec tuba fort percutante, sans oublier Kenny Smith à la batterie, le meilleur batteur de blues actuel ! Le groupe a remporté un très grand succès aussi grâce à un répertoire éclectique mêlant blues ( Big Legged Woman), jazz ( Saint James Infirmary), folk songs et gospel.

Retour enfin à la « Limburgzaal » pour conclure cette « hard day’s night » déjà pleinement réussie, pour le concert du groupe de James Harman (chant, harmonica ), Enrico Crivellaro (guitariste italien virtuose) et Gene Taylor (chant et piano) en invité surprise ! Ils ont littéralement régalé l’audience avec leurs boogies woogies endiablés ( Taylor) et en déployant un éventail de West Coast blues du plus bel effet. L’affiche proposait aussi David Philips (UK) , Mathieu Pesque et Roll Pignault  (F) , Hootennny Jim (NL) , Hot Buskers (NL) et Busker Remco (NL) à l’affiche, autant d’artistes qui ont ainsi pu se créer de nombreux nouveaux fans.

Chaney Sims (c) Robert Sacré

Un nouveau « sans-faute » donc de la part de John Hendrix, fondateur et programmateur de ce Southern Blues Night devenu un rendez vous annuel incontournable pour les amateurs de blues de l’Euregio Meuse-Rhin, et même bien au-delà. Rendez vous est déjà pris pour mars 2014.
Robert Sacre