Marco Locurcio, La Boucle juin13

Tags

Related Posts

Share This

Marco Locurcio, La Boucle

Marco Locurcio, La Boucle ( Jatitude Records )

Marco Locurcio Website

On avait pu découvrir le guitariste Marco Locurcio dès la fin des années 1990, notamment grâce à l’album « Buddies », enregistré avec Peter Hertmans mais on le connaît surtout au travers du groupe Quatre, en compagnie du saxophoniste Nicolas Kummert, un quartet avec lequel il a gravé les albums « Quatre » en 2003, « Submarine » en 2005 et « May » en 2011. Voici sa nouvelle formation. On y retrouve avec plaisir le saxophone ténor d’Erwin Vann qui s’était fait rare ces derniers temps, si on excepte sa participation à l’actuel quintet de Sal La Rocca, en remplacement de Jacques Schwarz Bart. Sa sonorité chaude et sereine n’est pas sans rappeler celle de Mark Turner à ses débuts, à l’époque de sa collaboration avec le guitariste Kurt Rosenwinkel. Le grand changement par rapport à Quatre tient surtout dans la rythmique : le jeune Lander Gyselinck, batteur du Lab Trio du très prometteur Bram de Looze, succède à Lieven Venken et à Teun Verbruggen, mais c’est surtout l’abandon de la guitare basse de Jacques Pili au profit de la contrebasse de Nicolas Thys qui modifie la donne. Ajoutez à cela, la présence très discrète du violoncelle d’Anja Naucler, complice d’Alexandre Furnelle sur l’album « Views of Xela ». A l’énergie très rock de Quatre, succèdent des climats beaucoup plus éthérés, dans lesquels la mélodie prime (La Luna e Il Sole, L’Arte del Incontro), une musique plus « soft », plus jazzy avec parfois des touches presque folk (Solidaire), un peu à la manière de l’actuel quartet du batteur Yves Peeters, en compagnie du guitariste Frederik Leroux et (tiens, tiens…) de Nicolas Kummert. Certains critiques, notamment celui du Vif L’Express très féru de free jazz, ont trouvé que l’album manquait de tonus. Peut-être, mais au profit des mélodies, à la fois sereines (Grateful) et virevoltante (La Boucle).
Claude Loxhay