AVEC LE TEMPS #4 avr29

Tags

Related Posts

Share This

AVEC LE TEMPS #4

Avec le temps: Jazz à Liège, hier et aujourd’hui.

Texte : Claude Loxhay

Photos : Jimmy Van der Plas

A la galerie » j’farfouille », les belges talents riment avec festiavl d’antant… et de maintenant.
Il suffit de jeter un coup d’oeil sur l’affiche de cette année. A côté des vedettes américaines (Archie Shepp, Kenny Garrett, Kenny Barron ou Cécile Mc Lorin Salvant), on retrouve les grands noms de la scène belge actuelle. Le saxophoniste Robin Verheyen et son trio « américain »: Bill Carrothers au piano, Drew Gress à la contrebasse et Dré Pallemaerts à la batterie (écoutez donc l’album live gravé au Village Vanguard pour le label Pirouet). Le quartet des « abeilles » Greg Houben et Fabian Fiorini qui, désormais converti à l’ »happy culture », va présenter un spectacle avec scénographie qui ne vous filera pas le bourdon (album « Bees and bumblebees » chez Igloo). Ajoutez à cela le trio de Jean-Paul Estiévenart (album « Wanted » chez Werf) qui vient d’être choisi à la fois pour le JazzTour de LDH et le Jazz Lab Series en Flandre. Le trio de Pierre de Surgères, l’une des révélations pianistiques des derniers mois, un « Happy Bedeur to you », au cours duquel le contrebassiste hutois sera rejoint, entre autres, par C. Loos, G. Latucca, E. Vann, P. Bernard et M. Massot, et enfin, les trois formations « Ca balance » avec, notamment, Joachim Caffonnette et Jean-François Foliez. Soit une programmation digne des précédentes. Petit coup d’oeil dans le rétroviseur avec les photos de Jimmy. Plusieurs musiciens programmés cette années ont été révélés par les éditions précédentes.
Greg Houben, qu’on a découvert en 2003 avec son père Steve, en 2006, avec Julie Mossay pour « Après un rêve », et en 2011 en compagnie du détonnant saxophoniste français Pierrick Pedron, qu’il avait rencontré pour la première fois sur la Péniche « after hours ». 
Fabian Fiorini, révélé par son duo avec Guy Cabay (1993), il a aussi remporté, cette année-là, le Prix des Radios Francophones, en trio avec Benoît Vanderstraeten (basse) et André Charlier (batterie). En 2000, il avait rejoint Aka Moon Electric et, en 2013, joué avec Jeroen van Herzeele.


 

 

 

 

 

 

A côtés des ces « jeunôts », le festival a évidemment accueilli les figures légendaires du jazz belge. A commencer par Sadi et son vibraphone, en quartet ici lors de l’édition de 1991, mais qui a aussi fait le bonheur du big band de la BRT et du grand orchestre de Kenny Clarke et Francis Boland. Parmi ses LP collectors, son quartet avec Martial Solal.

Jacques Pelzer, compagnon de Chet,  a été présent dès les premières éditions du festival: en 1991, avec Michel Graillier au piano, en 1993, à la tête d’un European All Stars comprenant René Urtreger, Pierre Michelot et Daniel Humair. Il jouera alors des classiques comme Airegin ou Darn that dream mais aussi Minority de ce saxophoniste que Jacques appréciait beaucoup: Gigi Gryce.


Jean-Baptiste Toots Thielemans qui vient de décider, à 91 ans, d’arrêter les concerts, a aussi été présent en 1991 avec Michel Herr (un Just Friends dédié à Chet et fatalement Bluesette) et, en 1998, avec le pianiste américain Kenny Werner qui avait impressionné le public avec son trio en 1993.
Philip Catherine, guitariste au parcours prestigieux (Chet, Mingus, Tom Harrell, Larry Corryell, Enrico Pieranunzi) est aussi un des fidèles du festival: en trio avec Charlie Mariano en 1991, en quartet avec Didier Lockwood en ’97, en quartet avec Bert Joris en 2001, avec N. Andrioli en 2013 et, cerise sur le gâteau, avec le Brussels jazz Orchestra en 2003. Dirigé par Frank Vaganée, le big band avait déjà été invité en 1996 et en 2000 avec la chanteuse Jeanne Lee.

 

Steve Houben, l’actuel directeur du Conservatoire Royal de Liège est un autre fidèle du festival. En 1998, un « tribute to Bobby Jaspar »; en 2001, avec l’European Jazz Ensemble (avec Paolo Fresu, Joachim Kuhn ou Daniel Humair); en 2002, en quartet avec Jacques Pirotton; avec Maurane et Charles Loos en 2003; avec Mélanie De biasio en 2004;  avec Richie Beirach en 2006 et évidemment avec son fils Greg.


Felix Simtaine, compagnon de route de René Thomas, est venu à Liège présenter, en 1991 puis ’98, son fabuleux Act Big Band, véritable panthéon du jazz belge et préfiguration du Brussels Jazz Orchestra. Il a aussi présenter son Ten Tammarre avec le trompettiste sud-américain Gustavo Bergalli (2000 et 2002).

 

Eric Legnini, présent dès 1992, lors d’une soirée spéciale « piano jazz trio » (Joachim Kuhn, Martial Solal, Rob van Bavel), il a fait partie du quartet de Stefano di Battista en 2002 et présentera son trio « français » en 2006. Mais il a aussi participé au Aka Moon Electric en 2000 et au Crazy Moondog Band de Da Romeo.


David Linx ne s’est pas seulement présenté avec son complice Diederik Wissels au Jazz à Liège,  mais aussi avec Paolo Fresu (1999 et 2004) et, au sein du trio vocal One heart, three voices, avec la Hollandaise Fay Classen et l’Italienne Maria Pia De Vito pour Words Of Blues, From One Heart to Three Voices… Meeting Point For New Adventures. » L’édition 2014 de Jazz à Liège sera aussi un « Meeting Point for New Adventures » !