Michel, incontournable Massot ! avr22

Tags

Related Posts

Share This

Michel, incontournable Massot !

Michel Massot, l’incontournable.

Le Collectif du Lion, l’association fondée par Michel Debrulle, vient de fêter ses 25 ans d’existence. Parmi les fidèles complices de la première heure, Michel Massot qui a été présent auprès du batteur liégeois de Baklava à Rêve d’Eléphant Orchestra, en passant par Trio Bravo, La Grande Formation, Trio Grande ou Bathyscaphe V : un parcours qui sera retracé dans l’ouvrage collectif financé par Présence et Action Culturelle (organisation culturelle du Parti Socialiste) à paraître prochainement. Ici, tout en revendiquant sa fidélité au Collectif du Lion, il évoque ses autres aventures au plat pays et ses nombreuses collaborations en France . Comme aime à le dire Rik Bevernage du label WERF : « Michel est incontournable sur la scène jazz belge et européenne, c’est le musicien que je vois le plus dans les festivals à l’étranger. A une exception près, il a été présent à tous les festivals Jazz Brugge depuis 2002, non seulement avec Trio Grande ou Rêve d’Eléphant Orchestra, mais aussi avec Mosty, le projet de Cesarius Gadzina, Tomassenko ou Vivaldi Universel Saison V de Christophe Monniot. Dès nos premières productions de cédés ( Kris Defoort Basement Party, « Sketches of Belgium », WERF n°1), on pouvait entendre Michel et les albums de Trio Grande comme de Rêve d’Eléphant Orchestra sont parmi mes productions préférées»

 Propos recueillis par Claude Loxhay

 Avec Mâäk, tu as enregistré dernièrement « Nine » en quintet, un des meilleurs albums du groupe…

Avec Guillaume Orti (saxophone alto), Jeroen Van Herzeele (saxophone ténor) et Joao Lobo (batterie), Laurent Blondiau (trompette) a trouvé une formule idéale. Et puis, il y a Mik Mâäk avec lequel on est en résidence au Marni. On est tous compositeurs, je pense que cela fait partie de l’historique du Collectif du Lion : Laurent a joué dans Rêve d’Eléphant Orchestra, il a joué dans « Variations on a Love Supreme », avec Fabrizio Cassol (saxophones) et Kris Defoort (piano) qui est venu à Liège au Conservatoire, comme Pierre Bernard (flûte) ou Fabian Fiorini (piano). Tout cela reste lié à Garrett List, on ne peut pas dissocier toutes ces expériences. On n’est pas si nombreux que cela à appartenir à cette génération. Maintenant il y a beaucoup de musiciens très inventifs qui ont suivi un enseignement très traditionnel, même si Kris ou Jeroen donnent cours, mais ce n’est pas pour cela qu’ils ne vont pas voir ailleurs. Dans Rêve d’Eléphant Orchestra, on joue maintenant avec Jean-Paul Estiévenart (trompette) qui n’est pas passé par le Conservatoire mais qui fait preuve d’un éclectisme étonnant : il joue dans Mik Mâäk, aux côtés de Laurent et de Bart Maris : c’est une équipe qui peut paraître disparate au premier abord mais qui fonctionne parfaitement parce que ces personnalités se rencontrent. Ce sont des trompettistes hors catégorie dans l’improvisation, chacun dans leur domaine. Ils ne jouent pas de la même façon, ne prennent pas les mêmes solos mais sont parfaitement complémentaires. La particularité de Mik Mâäk, c’est que les musiciens ont un parcours personnel important mais jouent très différemment. Le plus jeune, c’est le clarinettiste Yann Lecollaire. Je ne le connaissais pas. Il est compositeur. Par contre, il y a une filiation avec Guillaume Orti : ils sont du même village en Drôme provençale. Il s’est installé à Bruxelles et Guillaume est connecté à Bruxelles depuis bien longtemps. Maintenant Pascal Rousseau a intégré le groupe, au tuba, à la place de Geoffroy de Masure qui habitait trop loin. Je resterai sur certaines choses comme bassiste mais je remplacerai Guillaume à l’euphonium et au trombone, tandis que Niels van Hertum reste au tuba. Pascal est un phénomène au tuba : il va emmener la formation ailleurs.

Tuur Florizoone Marine Horbaczewski Michel Massot

Tu poursuis également le trio avec Tuur Florizoone à l’accordéon et Marine Horbaczewski au violoncelle…

Le trio fonctionne très bien. On a une grosse tournée en 2015-2016, avec Claron Mc Fadden qui a fait l’opéra de Kris Defoort et a aussi enregistré « Conversations/Conservations », avec le quatuor à cordes Danel. On a une trentaine de concerts programmés, on va notamment  jouer à Flagey. Marine et Tuur sont jeunes mais ça fait déjà huit ans qu’on joue ensemble. On a déjà enregistré deux albums (« Cinéma Novo », « Ballades éphémères »), un troisième va sortir cette année-ci. Claron est une chanteuse d’opéra réputée mais elle sait se frotter à d’autres sphères (elle s’est notamment produite au festival Jazz Brugge, en 2012, avec le Artvark Saxophone Quartet) : c’est comme cela que Tuur l’a rencontrée. Elle réserve toujours une place pour des projets qui lui tiennent à cœur, elle avait envie de travailler dans une formule légère. Le thème, c’est les secrets. Les textes seront mis en place par Josse De pauw qui a déjà travaillé avec Kris Defoort. On retrouve toujours la même famille.

Tu as aussi un nouveau projet avec Babelouze…

Dans Babelouze, je suis à la fois le leader et le professeur de pratiquement tout le monde, soit au Conservatoire de Liège, soit à l’Académie d’Etterbeek, c’est une fanfare amateur mais avec une trentaine de bons musiciens. On a enregistré dernièrement un deuxième album qui va sortir prochainement. On a utilisé les voix, du clapping et il y a en plus une guitare électrique : ce sera étonnant. On est arrivé à un résultat exceptionnel. Tout le monde s’est impliqué à fond. On a enregistré dans de très bonnes conditions au studio Jet à Bruxelles où on a enregistré une partie des albums de Rêve d’Eléphant. Par ailleurs, avec mes élèves de Liège, nous allons participer, du 6 au 9 mai, au Printemps du Conservatoire initié l’an dernier par Steve Houben, au Théâtre de Liège.

Tu as eu de nombreux contatcs avec des musiciens français…

David Linx in Is That Pop

Oui, d’abord avec le Megaoctet d’Andy Emler (album « Mega Octet » de 1990) qui m’a créé beaucoup d’ouvertures, je suis toujours connecté avec le groupe. Laurent Blondiau en fait partie et je fais des remplacements. J’ai travaillé avec Tous Dehors (albums « Dans la rue » et « Dentiste »), avec David Chevallier (albums « Pyromanes » et « The Rest Is Silence »), avec , il a participé à la création de « Is That Pop Music » avec David Linx mais n’a pas pu participer à l’enregistrement de l’album : il était alors en Afrique), avec Claude Barthélemy, avec les Zhivaros en compagnie d’Henri Texier, avec Marc Ducret assez bien, pour un disque (« Qui parle ? ») et d’autres projets. Pour le moment, il y a moins de projets avec la France en fonction du contexte économique : les Français font grise mine.

Un projet intéressant, c’est le « Vivaldi Universel Saison V » de Christophe Monniot…

C’est un très beau projet, on a encore joué l’année passée. C’est un casting d’enfer avec Christophe au saxophone, Emil Spanyi aux claviers, Eric Echampard à la batterie, un musicien que je connaissais du Megaoctet et qui joue aussi avec Marc Ducret et puis un excellent quatuor de saxophones de Paris (le quatuor Arcanes). On a joué longtemps ce projet, notamment à Bruges en 2012. Il a intéressé beaucoup de monde, pour la musique mais aussi pour son message sur le changement climatique. Christophe est compositeur, il a écrit d’excellentes partitions. Moi, j’avais un rôle de bassiste mais aussi d’improvisateur.

Tu as aussi souvent remplacé Michel Godard …

Oui, auprès de Rabih Abou Khalil (oud) mais aussi dans l’orchestre de Klaus König : je l’ai d’abord remplacé occasionnellement puis je lui ai succédé pour toute une tournée et pour enregistrer (« At The End Of The Universe » en 1991, avec Louis Sclavis Kenny Wheeler, Jane Ira Bloom, Simon Nabatov, Tom Rainey…). J’ai aussi remplacé, une fois ou deux, Bob Stewart dans le quartet de Wolfgang Pushnig (notamment lors d’un festival Jazz au Château à Oupeye).

Laurent Dehors Michel Massot Michel Debrulle (c) Jos Knaepen

Malgré ces multiples aventures, tu restes fidèle au Collectif du Lion…

Je joue dans pas mal de groupes en France mais je reste fidèle aux projets de Michel Debrulle, parce que cela fait trente ans qu’on travaille ensemble : cela fait un sacré bout de chemin. Le 13 juin, à la salle Reflektor de la Cité Miroir à Liège, on va présenter le nouvel album de Rêve d’Eléphant Orchestra, « Odyssée 14 », un projet que l’on reprendra ensuite en septembre dans le cadre d’Ars Musica.

 

Prochaines dates de concerts

6 au 9 mai 2015 : « Printemps du Conservatoire » au Théâtre de Liège

13 juin : Rêve d’Eléphant Orchestra, « Odyssée 14 »  à la salle Reflektor de la Cité Miroir