Mike Zito & Friends, A Tribute To Chuck Berry jan20

Tags

Related Posts

Share This

Mike Zito & Friends, A Tribute To Chuck Berry

Mike Zito & Friends, A Tribute To Chuck Berry

RUF RECORDS 

Trop fort ! On connaît la « niaque » de Zito, guitariste de haut vol, chanteur talentueux, producteur renommé à juste titre, à l’initiative de labels (Gulf Coast Records) et membre iconique de la famille Ruf Records. Quand on a appris qu’il se lançait dans un hommage au roi du Rock’n’ roll Chuck Berry, à l’occasion de l’anniversaire de son décès, on a failli craindre qu’il se lance tout seul dans un répertoire devenu légendaire… Il est trop malin pour cela et il a fait appel à vingt partenaires judicieusement choisis. Zito chante et joue de la guitare pratiquement sur toutes les plages, mais en retenue, et il laisse la priorité à ses amis. Cela donne un Saint Louis Blues comme vous ne l’avez jamais entendu, ce sont bien les paroles écrites par W.C. Handy (« I hate to see that evening sun go down… »), mais la mélodie est du Chuck Berry pur jus; normal, puisque c’est Charlie Berry III, le petit-fils du rocker, qui est aux commandes. On ne va pas citer les vingt faces, mais on se souviendra longtemps de Wee Wee Hours avec Joe Bonamassa au sommet de son inspiration; le duo vocal Mike Zito-Joanna Connor dans Rock And Roll Music donne des ailes, comme la boisson énergisante; il en va de même avec Sonny Landreth dans Havana Moon, avec Ryan Perry dans I want to be Your Driver ou Ally Venable dans School Days. On se souviendra aussi de Tommy Castro dans Reelin’ And Rockin’ ou encore d’Albert Castiglia avec Thirty Days et d’un superbe Memphis avec Anders Osborne. À noter que la plupart des autres titres sont tout aussi excitants, que ce soit avec Walter Trout, Robben Ford, Eric Gales, Jeremiah Johnson, Luther Dickinson, Tinsley Ellis, Alex Skolnik, Richard Fortus ou Kirk Fletcher, avec Josh Smith, Jimmy Vivino ou Kid Andersen. Bel exemple de la citation : « The Blues had a baby and they called it Rock And Roll » (Brownie McGhee). 

Robert Sacré