Joëlle Léandre nov17

Tags

Related Posts

Share This

Joëlle Léandre

Jubileum Quartet
a uiš
NotTwo Records

Joëlle Léandre, Myra Melford & Lauren Newton
Stormy Whispers
Fundacja Sluchaj !

 

Une chronique en forme d’hommage : hommage à la musicienne Joëlle Léandre d’abord, un réel personnage, comme peut le constater tout qui a eu la chance de la voir en concert, en dialogue avec le public. Hommage aussi à Philippe Schoonbrood qui fut très proche de la contrebassiste. C’est lui qui l’a accueillie dans la « Cité ardente » lors de ce « Jazz à Liège » au cours duquel elle partagea la scène avec la flûtiste américaine Nicole Mitchell. Hommage à Jos Demol qui, avec Philippe, l’a accueillie en compagnie du pianiste italien Giorgio Occhipinti. Hommage enfin à André-Paul Laixhay qui l’a programmée en duo avec Lauren Newton, à  la galerie Arthome, puis en solo à Fallais.

Avec le Jubileum Quartet, Joëlle Léandre retrouve un vieux compagnon de route, le saxophoniste britannique Evan Parker, de sept ans son aîné. Elle l’avait déjà croisé en quartet, avec George Lewis (tb) et Derek Bailey (g) pour ce disque live « 28, rue Dunois juillet 1982 » enregistré par un autre illuminé, Jean-Marc Foussat (voir l’entretien accordé à JazzAround en décembre 2014 où il raconte comment il a fondé Fou Records). Au piano, l’Espagnol Agusti Fernández, membre du Barry Guy New Orchestra, que l’on a pu voir à Jazz!Brugge. A la batterie et aux « objets », le Slovène Zlatko Kaučič qui fête ici ses 40 ans de carrière. Si on le connaît peu, il faut néanmoins souligner qu’il a croisé Léandre pour « Not Two But Twenty », Fernández pour « Diversity » et Parker pour « Akrosberg ». Un discours en continu du ténor, à la sonorité plus apaisée que d’habitude, sur fond de contrebasse souvent jouée à l’archet, déluges de notes du piano et trame percutante de Kaucic. « a uiš » reproduit un concert dans toute son intensité.

A l’occasion d’un « Stormy Whispers » élaboré, Joëlle Léandre croise deux Américaines : la pianiste Myra Melford, qui a souvent joué avec Marty Ehrlich, et la vocaliste Lauren Newton, membre du Vienna Art Orchestra et qui a déjà croisé le chemin de la contrebassiste pour « Face It » et « Out Of Sound » avec le saxophoniste suisse Urs Leimgruber. Pour ces « murmures orageux », se mêlent chuchotements, paroles, vocalises, nappes de piano ou piano préparé et contrebasse tourmentée entre l’archet et les pizzicati frénétiques. Huit plages successives, en trio ou en duo (les positions sont interchangeables entre les trois musiciennes). Un album enregistré à l’occasion du Ad Libitum Festival de Varsovie.

Pour rappel, le label italien We Insist ! a publié dernièrement « Area Sismica », un album que Joëlle Léandre a enregistré avec l’accordéoniste Pascal Contet. Lire la chronique de JazzAround.

Claude Loxhay