Enrico Pieranunzi & Simona Severini juin14

Tags

Related Posts

Share This

Enrico Pieranunzi & Simona Severini

Enrico Pieranunzi with Simona Severini, My Songbook

VIA VENETO JAZZ

Enrico Pieranunzi est assurément l’un des pianistes les plus doués au niveau du lyrisme mélodique, il est donc fatal qu’il soit attiré par la voix des chanteuses. Il avait déjà réalisé, avec la chanteuse Ada Montellanico, l’album « Ninfa, storie di Tenco », un disque EGEA dédié à des textes inédits de Luigi Tenco, ce chanteur hyperdoué qui avait mis fin tragiquement à sa vie après son échec au festival de San Remo. Par parenthèses, Tiziana Ghilioni avait, elle aussi, rendu hommage à Tenco, avec l’album « Ghilioni canta Tenco » en 1994, en compagnie de Paolo Fresu (trompette), Gianluigi Trovesi (saxophone, clarinette) et Umberto Petrin (piano).  Voici maintenant My Songbook enregistré avec Simona Severini, une chanteuse née à Milan, qui a étudié le chant avec… Tiziana Ghiglioni. Elle a enregistré successivement « Forest Flower », en 2010, avec le pianiste Simone Daclon puis « La Belle Vie », un album dédié à Fauré, avec Gabriele Mirabassi (clarinette) en invité puis a rendu hommage au chanteur populaire Lucio Dalla avec Enrico Pieranunzi, avec « Dalla in Jazz » en 2013. La rythmique, très complice, est constituée d’une part, du contrebassiste Luca Bulgarelli, qui a joué avec Enrico Rava, Rita Marcotulli et déjà avec Pieranunzi sur l’album « Nuevi Raconti Mediterranei » et, d’autre part, de Nicola Angelucci, un batteur qui a notamment enregistré « Beyond The drums », avec Peter Bernstein à la guitare. En invités sur certaines plages, le saxophoniste Rosario Giuliani qui avait déjà croisé Pieranunzi pour l’album « Evans Remembered » et le trompettiste Francesco Lento qui a notamment enregistré avec Paolo Damiani. Comme l’explique Pieranunzi dans le livret, le projet de « My Songbook » remonte à plusieurs années et chaque chanson a sa propre histoire. Deux des morceaux sont empruntés au premier album qu’Enrico a enregistré avec Chet Baker, soit « Soft Journey » sorti en 1980, avec Maurizzio Giammarco (saxophone ténor), Ricardo del Fra (contrebasse) et Roberto Gatto (batterie): il s’agit du titre éponyme, Soft Journey et de Fairy Flowers pour lesquels il a demandé à la chanteuse américaine Joan Goell d’écrire les lyrics. Sur Night Bird, gravé initialement aussi avec Chet Baker, My Heart In A Song et Coralie, un thème enregistré en duo avec Enrico Rava sur l’album Nausicaa, les paroles ont été écrites par des interprètes anglais (D.Morrish, S.Duran et A. Zawadski). Pour Premier Moment, il a repris un poème en français de Jacqueline Risset, une traductrice de Dante et, pour Reason Why, il a repris un poème de Langston Hughes, le célèbre auteur du mouvement Harlem Renaissance. Enfin, pour quatre plages, il a composé paroles et musique, deux textes en anglais Where I Never Was et Just A Song, deux en italien, langue chantante s’il en est, Ia non sapró mai perché et Non posso sognarti come sei. Au total, 11 plages qui illustrent parfaitement le talent de mélodiste du pianiste italien. Tout au long de ce répertoire, les ballades, toujours très colorées (My Heart In A Song, Fairy Flowers, Where I Never Was ou Just A Song ou ce Soft Journey, avec l’apport de la trompette) alternent avec des mélodies au tempo très rythmé, notamment avec l’apport des deux souffleurs (Night Bird),, du soprano (Reasons Why) ou de l’alto (Ia non sapró mai perché) ou simplement avec le scat de Simona Severini (Coralie). Qu’elle chante en anglais, en français ou en italien, la voix fluide et limpide de Simona Severini s’allie avec empathie au lyrisme mélodique naturel d’Enrico Pieranunzi. Un vrai bonheur pour tous les amateurs de jazz vocal.

Claude Loxhay