Naqsh Duo, Narrante juin30

Tags

Related Posts

Share This

Naqsh Duo, Narrante

Naqsh Duo, Narrante

ECM RECORDS

Interrogée il y a quelques semaines sur les ondes suisses, dans l’excellente émission Magma, produite par la Radio Télévision Suisse (podcast ci-dessus),  la guitariste Golfam Khayam nous relatait la naissance du projet « Naqsh Duo ». Bien qu’étant natives/exilées du même pays, elle et sa comparse iranienne Mona Matbou-Riahi (clarinettes) ne se sont rencontrées physiquement la première fois, que inopinément, dans la salle des pas perdus d’un aéroport genevois… Le temps de « prendre une tasse de café » ensemble dans la brasserie voisine, et les deux jeunes femmes avaient déjà esquissé les plans de « Narrante », un album-concept que Manfred Eicher acceptera de produire pour son label ECM. Plus qu’un simple disque, « Narrante » est une histoire, ou plutôt l’Histoire (avec un grand « H » comme dans « Harmonie ») d’un Empire perse dont la trajectoire a bien souvent été parsemée d’embûches sanglantes. Quand bien même l’arrêt du temps ne rentre plus tout à fait dans nos préceptes occidentaux, il sera nécessaire de stopper la machine durant une petite heure; choisir son fauteuil le plus confortable; décrocher les téléphones et débrancher la wi-fi… Puis écouter « Narrante » d’une seule traite (ce qui est tout à fait différent du terme « entendre », vous l’aurez noté). Rarement deux instruments acoustiques n’avaient atteint un tel degré de perfection harmonique, en prise « live », sans le moindre overdub ! Mieux, les plages métaphoriques de l’album nous engagent dans une lecture en trois dimensions. Dans un premier temps, Naqsh nous entraîne sur les chemins de la tradition persane, chargés d’une douce mélancolie. Une courte deuxième partie du disque (« Battagli ») est consacrée aux conflits qui éclatent entre les peuples. Les instruments se déclarent la guerre, entraînant dans leur sillage l’effondrement de l’harmonie. Mais très vite et jusqu’à la fin de « Narrante », les mélodies reprennent le dessus, les instruments dialoguent à nouveau. On vous laisse découvrir leurs mots délicats, ce qu’ils on encore à se chuchoter. Nous, on est définitivement conquis !

Joseph « YT » Boulier