Thomas Grimmonprez Trio, Kaléidoscope oct07

Tags

Related Posts

Share This

Thomas Grimmonprez Trio, Kaléidoscope

Thomas Grimmonprez Trio, Kaléidoscope 

CIRCUM DISC

Les piano-trios sont légions. La particularité de celui-ci tient notamment à la place accordée au Fender Rhodes : « Séduit par la sonorité du Fender Rhodes, j’ai utilisé cet instrument pour pouvoir faire voyager mes auditeurs au travers de mes couleurs harmoniques » (Grimmonprez). Par ailleurs, Thomas Grimmonprez est bien connu des jazzfans belges : il fait partie du quartet de Phil Abraham, avec Ron Van Rossum au piano et Sam Gerstmans à la contrebasse et il a joué, à plusieurs reprises, avec le Brussels Jazz Orchestra (notamment lors d’un festival Jazz à Ciney, pour le projet « Changing Faces », avec David Linx). Diplômé des conservatoires de Lille et de Paris, où il a eu cours avec Daniel Humair, il a participé à de nombreuses grandes formations : le Patrice Caritini Ensemble (albums « Darling Nellie Gray » et « Latinidad », entre autres), le New Decaband de Martial Solal (« Expo sans tableau »), le Big Band Lumière ou le Paris Jazz Orchestra de Nicolas Folmer. Il a aussi fait partie du quintet de Georgui Kornazov, du sextet de Geoffroy Tamisier ou le trio de Stéphane Kerecki, avec Matthieu Donarier au saxophone (albums « Focus Dance » ou « Sound Architects », avec Bojan Z et Tony Malaby en invité). Désireux d’affirmer sa propre identité, il a formé un trio avec Jérémie Ternoy (piano) et Christophe Hache (contrebasse).  Le premier, après s’être dédié à la musique classique, a poursuivi ses études jazz au Conservatoire de Lille, notamment avec Gérard Marais. Remarqué dès 2003 au concours de jazz de la Défense, avec son trio (Nicolas Mahieux à la basse et Charles Duytschaever à la batterie, trio avec lequel il a enregistré l’album « Bill »), il a multiplié les collaborations: Gérard Marais (« Inner Village »), Jacques Mahieux (« Peaux d’âme », avec Géraldine Laurent) mais aussi Magma. Le second est issu également du Conservatoire de Lille. Directeur musical du Circum Grand Orchestra, il a aussi participé à différentes formations du collectif Muzzix, comme le trio de Stefan Orins (album Liv, chroniqué ici il y a peu) et on l’a entendu aussi avec Jean-Marc Padovani, Sébastien Texier ou Antoine Hervé.  Après un premier album, « Bleu », sorti en 2009, voici « Kaléidoscope » : « Onze tableaux aux identités sonores différentes d’où se dégage un kaléidoscope émotionnel et musical ». Si Jérémie Ternoy consacre plusieurs plages au piano, avec un lyrisme mélodique épuré (Fragile Balance), en complicité avec la contrebasse (beau solo sur The Nap) et souvent un délicat jeu de balais de Thomas Grimmonprez (Unspoken), il recourt le plus souvent au Fender Rhodes et à ses couleurs ondoyantes (Morning Running, avec solo de batterie sur des motifs répétitifs; Meeting Place, Spicy Chocolate, Fresh Wind avec jeu de cymbales), recourant parfois à des sonorités « xénophones » à la manière de Bojan Z (Rain Dance) ou en juxtaposant piano acoustique et Rhodes (Deep Breath). Un album parfaitement abouti, un vrai kaléidoscope aux atmosphères et aux couleurs variées. A découvrir aussi en concert, en France mais aussi en Belgique.

Claude Loxhay

Concerts

20 octobre: Tourcoing Jazz Festival

25 octobre: Sunset, Paris

12 novembre: Lesquin

13 novembre: Villeneuve d’Ascq

24 novembre: Jazz Station, Bruxelles

4 décembre: Heptone, Ittre.