Music 4 A While, Ay Linda Amiga mar03

Tags

Related Posts

Share This

Music 4 A While, Ay Linda Amiga

Music 4 A While, Ay Linda Amiga

IGLOO RECORDS

Diplômé du Conservatoire de Liège, Johan Dupont est un bel exemple éclectisme musical : retour à la tradition New Orleans avec Big Noise, réinterprétation du grand Songbook américain en duo avec Garrett List (avec, parfois, Steve Houben en invité), pianiste de l’Orchestra Vivo du même Garrett List et, avec ce quintet Music 4 A While, volonté de marier musique ancienne, plus particulièrement musique baroque, et jazz. Music For A While est une oeuvre lyrique d’Henry Purcell, compositeur anglais du XVIIe siècle : « la musique pour un moment/trompera tous vos tourments ».

La musique baroque, avec ses ouvertures vers l’improvisation, a depuis longtemps intéressé les jazzmen. Sans remonter au très commercial Play Bach de Jacques Loussier, on peut notamment citer deux albums des années 1960 qui sont l’oeuvre du pianiste suisse Georges Gruntz : « Jazz Goes Baroque » (compositions de Dowland, Telemann, Rameau ou Lully avec Emil Mangelsdorff à la flûte et Klaus Dodlinger à la clarinette), puis Jazz Goes Baroque 2, The music of Italy (compositions de Monteverdi, Scarlatti, Vivaldi avec quatuor de flûtes emmené par Sahib Shihab). Plus récemment, l’Italien Gianluigi Trovesi s’est intéressé à la musique ancienne : dans « Les Hommes armés », il reprend et arrange L’homme armé, mélodie qui a traversé les siècles, de Josquin des Prés à Palestrina et pour « All’Opera, Profuma di Violetta », il reprend des compositions de Monteverdi et Pergolese. C’est chez Monteverdi que Michel Godard trouve son inspiration pour « A Trace of Grace », avec la cantatrice Guillemette Laurens, serpent, théorbe et… Steve Swallow à la basse. Quant à Fabrizio Cassol, c’est des sonates de Scarlatti qu’il adapte pour « The Scarlatti Book » d’Aka Moon.

Le mariage entre musique baroque et jazz a aussi tenté des musiciens classiques, ainsi l’Ensemble L’Arpeggiata, dirigé par Christina Pluhar, joueuse de théorbe (un grand luth ancien) a repris ce Music For A While en compagnie de Gianluigi Trovesi (clarinette). Le projet de Johan Dupont s’inscrit donc dans tout un mouvement prolixe.

Pour ce deuxième album de Music 4 A While, on retrouve Muriel Bruno, soprano diplômée des Conservatoires de Liège et de Maastricht et qui s’est intéressée à la musique traditionnelle avec le groupe Trio Virga. Complètent le quintet, trois complices de l’Orchestra Vivo : Jean-François Foliez à la clarinette, André Klenes à la contrebasse et Martin Lauwers qui succède à Joachim Ianello au violon. Par ailleurs, la formation accueille, au fil des plages, différents invités.

Au répertoire, des pièces baroques, deux compositions d’Henry Purcell (Dido’s lament et The Mock Marriage), deux de John Dowland (The Lowest Trees Have Tops, Shall I Sue), une de Monteverdi (Chiome d’oro) et aussi des textes en français (Les tendres souhaits de Ribouté et D’où vient cela de Claudin de Sermisy). Mais Johan Dupont élargit son champ d’inspiration avec Je vivroie liement de Guillaume de Machaut (poète et compositeur du XIVe siècle qui a inspiré les Français du quatuor Machaut lié au Tricollectif) et deux traditionnels : la tarantelle La Carpinese et l’anonyme espagnol Ay Linda Amiga. C’est la voix ondoyante de Muriel Bruno, tantôt en anglais, tantôt en français, italien ou espagnol, qui domine évidemment l’ensemble, en accord avec le piano voltigeur de Johan Dupont mais les arrangements laissent aussi une large place au violon (Ay Linda Amiga), à la clarinette et la contrebasse (The Lowest Trees Have Tops).

Sur 4 plages, Stephan Pougin souligne la mélodie de discrètes percussions et viennent élargir la palette sonore du quintet de base la trompette de Johan ou le trombone d’Adrien Lambinet. Personnellement, mes plages préférées sont celles inspirées de la musique traditionnelle : la tarantelle La Carpinese dont les accents rappellent la voix de Lucilla Galeazzi (albums « Il Trilho » et « Castel del Monte ») et l’anonyme espagnol Ay Linda Amiga, avec son intro de charango (petite guitare des Andes, dont la caisse de résonance est souvent faite d’une carapace de tatou) et le choeur très méditerranéen des voix de Luis et Sergio Pincheira du groupe Xamanek. Ce « Ay Linda Amiga » s’inscrit dans la droite lignée du premier album de ce Music 4 A While.

Claude Loxhay

SORTIE LE 10 MARS 

CONCERTS RELEASE

10 Mars : Cité Miroir – Liège  

16 Mars : Théâtre MARNI – Bruxelles