Erwin Helfer, Last Call mai02

Tags

Related Posts

Share This

Erwin Helfer, Last Call

Erwin Helfer,

Chicago Piano Master, Last Call

THE SIRENS RECORDS

The Sirens Records est un label de Highland Park en Illinois (près de Chicago), créé en 1975, et spécialisé dans les pianistes de jazz, de blues et de black gospel, depuis sa création par David Goldberg, Steven B. Dollins et son frère Barry (ancien programmateur et big boss du Chicago Blues Festival). Après une éclipse de 1977 à 2000, le label a été relancé par Steven Dollins. Ce « Last Call » a été enregistré en plusieurs séances, entre juillet 2014 et mars 2016, pour marquer le 80ème anniversaire d’Erwin Helfer, un pianiste légendaire de Chicago, qui, malgré son âge, est au top de son art, déployant ici encore une virtuosité spectaculaire au clavier. Il y a des titres en solo où Helfer révèle ses racines jazz Dixieland : Pennies From Heaven (A.Johnson-J.Burke), St James Infirmary, St Louis Blues (W.C Handy) et ses racines boogie woogie. En effet, Helfer a été très influencé par Jimmy Yancey dont il reprend ici Make Me A Pallet On The Floor et 4 O’Clock Blues. D’autres influences remontent aussi à Hershel et George Thomas avec The Fives. Toujours en solo, on notera aussi une de ses propres compositions, DC Boogie. Pour d’autres morceaux, Helfer accompagne la chanteuse Ardella Williams (la fille de Jazz Gillum) : St Louis Blues et Rocky Mountain Blues (de Sam Hopkins), mais aussi Katherine Davis pour Bright Lights, Big City (de Jimmy Reed). Cerise sur la gâteau, on reçoit en prime des faces historiques et inédites : deux de 1957 avec la chanteuse Estelle ‘Mama’Yancey (Operator Blues et Trouble In Mind) et une de 1979, enregistrée en public, avec Estelle ‘Mama’ Yancey (chant), Odie Payne Jr. (batterie) et Truck Parham (basse) : Make Me A Pallet On The Floor. Enfin, pour faire bonne mesure, l’album se clôture avec  un document hors normes, A Conversation With Erwin, soit un entretien de plus de 15 minutes où le pianiste évoque les grands moments de sa carrière.

Robert Sacre