Bop and Soul Sextet juin04

Tags

Related Posts

Share This

Bop and Soul Sextet

« Hydrogen Bond » (Orfena Music)

Au rythme syncopé du bop initial, ajoutez un groove soul aux accents funky et vous obtenez le subtil dosage du cocktail concocté par ce Bop and Soul Sextt, un hard bop pur et dur qui s’inscrit dans la parfaite lignées des Jazz Messengers d’Art Blakey, la quatrième plage To Art ne laisse d’ailleurs planer aucun doute là-dessus. A la tête de ce sextet, Maxime Blésin, un guitariste qui revendique l’héritage des grands maîtres que furent Wes Montgomery, Kenny Burell ou Grant Green. Ecoutez l’intro de Look at this ou de I could try, cette filiation toute naturelle est évidente. En quintet avec le saxophoniste français Eric Prost, Maxime avait déjà enregistré un premier album en 1999 et un deuxième en 2002 (Bowling Ball). « J’ai rencontré Eric Prost en Corse en 1998, au festival de Calvi réputé pour ses jams et où il est donc possible, pendant une semaine, de jouer avec énormément de musiciens. » Aux côtés du saxophoniste ténor, on retrouve une vieille connaissance de Maxime: Grégory Houben. « Grégory était serveur au Marcus Mingus à Bruxelles, c’est là que je l’ai rencontré la première fois. On s’est vite rendu compte de nos nombreux points communs. » En effet, l’un comme l’autre se sont envolés pour le Brésil vers 17-18 ans avant de rejoindre la Belgique pour des études jazz (le Jazz studio d’Anvers pour l’un, le Conservatoire de Bruxelles pour l’autre). Le quintet que Greg a formé dernièrement avec le saxophoniste Pierrick Pedron avait déjà montré sa parfaite maîtrise de la syntaxe bop et il le prouve encore ici tout au long de l’album. Au piano, on retrouve Pascal Mohy, le vieux complice de Greg. Quant à la rythmique, elle est constituée de Sal La Rocca et Hans van Oosterhout, c’est-à-dire celle du dernier album de Sal « It could be the end »: une parfaite complémentarité au service des solistes. « Pour moi, la rythmique est primordiale et je suis très difficile quant aux bassistes et batteurs. Ce que je demande avant tout à un bassiste, c’est une perception du temps qui se rapproche de la mienne et un son. Sal a ce groove qui rebondit et parce qu’on a la même culture musicale, on se comprend très vite. Je ne parle jamais de mes compositions au groupe avant de les jouer pour la première fois. Elles doivent sonner naturellement et Sal capte toujours comment il doit jouer sur tel ou tel morceau. » Les 8 compositions de l’album sont toutes signées par le leader. « Pour les compositions, je pars toujours d’une mélodie que je peux chanter. Je ne compose d’ailleurs jamais avec ma guitare, je note au fil de la journée, de mes humeurs ou de ce que je vois: la mélodie de Leaves in windy weather m’est venue en regardant par la fenêtre en automne. Pour ce projet-là, c’était presque un exercice de style que de composer pour un tel groupe. » Au groove endiablé de compositions comme Goût continu, To Art, ou Hydrogen bond, succèdent des mélodies virevoltantes (Leaves in windy weather) ou des thèmes plus bluesy (Galactic blues) mais chacune des plages laisse une large place aux quatre solistes, en pleine complicité. Le Bop and Soul Sextt sera présent aux Dinant Jazz Nights et il participera au Jazz Tour en avril 2013. A vos agendas.
Claude Loxhay