Ben Sidran, Picture Him Happy avr25

Tags

Related Posts

Share This

Ben Sidran, Picture Him Happy

Ben Sidran, Picture Him Happy

BEN SIDRAN BANDCAMP

Ben Sidran colore le monde en musique bleue. Né à Chicago en 1943, Ben Sidran compose, chante et joue du piano depuis des décénnies avec le même goût pour l’ironie et l’engagement modéré dans ses textes, et les références qui sont siennes sur le plan musical depuis ses débuts : un côté bop teinté de pop, auquel on ajoutera aujourd’hui des accents proches du rap voire du slam. Ecrivain, enseignant, sociologue, Ben Sidran multiplie les casquettes et doit sa notoriété auprès de ses fans aussi bien à sa musique qu’à ses écrits – il est l’auteur de « Black Talk », à l’origine une thèse de doctorat consacrée à l’Histoire de la musique noire américaine. Et peut-être surtout à ses collaborations hors jazz avec le Steve Miller Band, Eric Clapton, les Rolling Stones ou Peter Frampton. En 2014, il publiait « Blue Camus » inspiré du cycle de l’absurde cher à Albert Camus. « Picture Him Happy » fait aussi référence à l’écrivain-philosophe français en s’inspirant de sa vision du mythe de Sisyphe, condamné à hisser une pierre au sommet d’une montagne durant toute sa vie, et se demandant si finalement il n’était pas heureux d’accomplir sa peine. « Picture Him Happy » est en quelque sorte la réponse de Ben Sidran en musique: face à la tyrannie du monde qui nous entoure –Trump n’est pas loin dans « Another Old Bull » – la musique rend heureux ceux qui la font et ceux qui l’écoutent. Trois thèmes de Mose Allison (Too Much Too Late, Big Brother et Was) soulignent  la communauté d’esprit entre les deux compositeurs, les neuf autres pièces étant de Ben Sidran. Swing souple et joyeux, ambiance groovy, jolies mélodies, textes balançant entre sérieux et humour,  l’album a tout pour accrocher ceux qui ne connaissent pas ou peu cet ovni qui trace un parcours discret mais diablement efficace depuis plus de quarante ans. 

Jean-Pierre Goffin