JASS, Mix Of Sun And Clouds mai22

Tags

Related Posts

Share This

JASS, Mix Of Sun And Clouds

JASS : Hollenbeck-Darche-Boisseau-Blaser

Mix of Sun and Clouds

YOLK MUSIC

Voici quelques mois, Jazzaround présentait la chronique de « Pacific », album inspiré par l’esthétique West Coast au saxophoniste Alban Darche. Voici un autre projet auquel est lié le co-fondateur du label Yolk : JASS, la réunion de quatre solistes – compositeurs « à plein temps », de vrais complices du saxophone ténor du Gros Cube. A la batterie, l’Américain John Hollenbeck, leader du Claudia Quintet (avec Chris Speed au saxophone), mais qui a aussi côtoyé Kenny Wheeler, Fred Hersch, Tony Malaby ou Bob Brookmeyer et composé pour l’Orchestre National de Jazz de Daniel Yvinec (album « Shut Up and Dance »). A la contrebasse, Sébastien Boisseau, autre co-fondateur de Yolk, fidèle partenaire de Matthieu Donarier, Denis Badault, Daniel Humair, Michel Portal, Joachim Kuhn ou Martial Solal. Au trombone, le Suisse Samuel Blaser, déjà présent sur « Pacific », qui a collaboré avec le percussionniste Pierre Favre, le guitariste Marc Ducret ou le clarinettiste François Houle. Un quartet au nom qui n’a pas été choisi au hasard : JASS comme John, Alban, Sébastien, Samuel mais aussi comme Jass Band, celui du cornettiste Nick La Rocca, le premier à avoir enregistré un disque de jazz. Une référence à un mélange d’influences, d’une évocation à Budapest (Lonyay Utca, nom de cette artère de Budapest proche de BMC, label pour lequel Alban Darche et Sébastien Boisseau ont enregistré à de nombreuses reprises), à l’esthétique West Coast. Un mélange de climats : « Mix of Sun and Clouds ». Au répertoire, quatre compositions d’Alban Darche, trois de John Hollenbeck, une de Samuel Blaser et une de Sébastien Boisseau, des thèmes tantôt exposés à l’unisson entre ténor et trombone (Bio, Ansia da separazione), d’autres avec de subtils contrechamps (Roman, Mix of Sun and Clouds). Une alternance de tempos, entre rythmes enlevés (Forced Empathy), tempo plus apaisé (Wagonet Song) ou plongée dans une réelle atmosphère bluesy (Missing Marc Suetterlyn). Avec, aux côtés de la sonorité chaude du ténor et celle ouatée du trombone, une forte présence de la contrebasse (intro de Bio, ou de Lonyay Utca, solide contrechamp au ténor et au trombone sur Mix of Sun and Clouds) et un John Hollenbeck autant percussionniste que batteur (Roman I). Une vraie musique « Bio », cultivée avec soin par les quatre jardiniers à la main verte de la pochette.

Claude Loxhay