Reflections In Cosmo mai23

Tags

Related Posts

Share This

Reflections In Cosmo

Reflections in Cosmo, Reflections in Cosmo

RARENOISE RECORDS

Reflections in Cosmo a vu le jour à Oslo. Mais ici, point de paysages forestiers verdoyants; point de montagnes abruptes bordant de doux fjords aux eaux limpides et glacées… Point de Terje Rypdal, point de Jan Garbarek, ni même de Nils Petter Molvaer ! Il nous faudra oublier, durant quarante minutes d’improvisations audacieuses, l’image d’Épinal que la Norvège voudrait nous renvoyer du pan d’une musique certes plaisante, mais aussi (parfois) un rien cérébrale. Non, les reflets dans le Cosmos dont il est question ici défient les lois de la gravité, entremêlent les genres furieux, soit un jazz électrique expérimental et un rock psychédélique qui l’est tout autant. Formé à l’initiative du duo Humcrush (qui sévit sur le label Rune Grammofon), le quartet réunit en son sein deux autres figures emblématiques de la nouvelle scène contemporaine norvégienne : le saxophoniste Kjetil Moster et le guitariste Hans Magnus Ryan (aperçu au sein de la formation de jazz metal Motorpsycho). D’emblée (Cosmosis), sur un faux mid tempo assommant, le quartet nous déverse son dégueulis noise en une coulée de lave sonore continue. Il nous faudra nous rendre rapidement à l’évidence : nous ne sortirons pas indemnes et frais de cette aventure. Plus loin (Ironhorse, Fuzzstew), le piano et la guitare électrisent l’atmosphère, le batteur décharne les embryons mélodiques qui s’accrocheront néanmoins à la vie, au-delà de leurs dernières forces, soutenus dans ce combat par un baryton qui imprime un rythme lourd (Cosmic Hymn). On remarque d’ailleurs à peine l’absence d’un bassiste au sein de la formation (Perpetuum Immobile). Devant nos oreilles ébahies, Reflections in Cosmo organise une bataille géante de traversins troués… Les plumes valsent au milieu des compositions désarticulées pour former au final un tapis accueillant sur lequel il sera agréable d’atterrir. En vérité c’est le résultat et l’intensité qui comptent, pas la performance en solo de chaque musicien. Voici à nouveau une belle découverte sur le label RareNoise, qui n’en finit pas de nous régaler. Âmes sensibles, ne surtout pas s’abstenir !

Joseph « YT » Boulier