INTAKT 30 ANS août23

Tags

Related Posts

Share This

INTAKT 30 ANS

Intakt Records : 30 ans !

INTAKT RECORDS, le label suisse de Zurich, désigné « label of the year 2016″ par New York City Jazz Record, célèbre son 30ème anniversaire : un jazz hors des sentiers battus où se côtoient musiciens américains et européens hors des sentiers battus.

Parmi les Américains, une formation fidèle, Trio 3, réunion de trois légendes de la free musique : à l’alto, Oliver Lake, un des fondateurs du World Saxophone Quartet; à la contrebasse, Reggie Workman, compagnon de Coltrane et, à la batterie, Andrew Cyrille, batteur fétiche de Cecil Taylor. L’album Visiting Textures est l’occasion de revisiter différentes « textures » : trois compositions de Lake, deux de Cyrille, une de Workman, un thème collectif et un d’Ornette Coleman : sonorité tranchante de l’alto, équilibre rythme-mélodie de Workman (Epic Man) et pulsion rythmique constante de Cyrille. Par ailleurs, le trio a invité de nombreux pianistes : Geri Allen (At this time, Celebrating Mary Lou Willians), Jason Moran (Refraction), Vijay Iyer (Wiring) ou Irène Schweizer (Berne Concert).

Des States aussi: le saxophoniste Ellery Eskelin (« Sensations of Tones », avec le contrebassiste Christian Weber et le batteur Michael Griener: une série des thèmes improvisés mais aussi des thèmes de la tradition, comme China Boy, un Stomp de Jelly Roll Morton ou Ain’t Misbehavin’ de Waller), mais aussi Jim Blake, le batteur au jeu volontairement décalé (Mala Mute, avec un contraste saisissant entre le ténor ouaté d’Oskar Gudjonsson et les sonorités électroniques des claviers d’Elias Stenedeser) ou les guitaristes Elliot Sharp, Marc Ribot et Mary Halvorson, réunis pour une série d’impros en solo, duo ou trio (« Err Guitar »).

Parmi les dernières productions, « Platinum On Tap » du trio de Chris Speed, le saxophoniste du Claudia Quintet de John Hollenbeck, d’Alas no Axis de Jim Black et de l’album Howard Peach en trio avec Lander Gyselinck. Le trio est formé de Chris Tordini à la contrebasse, membre lui aussi du Claudia Quintet et sideman d’Andy Milnes, Greg Osby ou Jim Black et de Dave King, le batteur de Bas Plus, en compagnie d’Ethan Iverson et sideman de Joe Lovano, Tim Berne ou Bill Frisell. Au répertoire, outre le classique Stardust et Spirits d’Ayler, huit compositions originales. L’occasion d’entendre la sonorité feutrée du ténor, un peu dans la lignée de Lester Young (Red Hook Nights, Pretty Much, Stardust) mais aussi davantage torturée sur Torking ou Spirits d’Ayler.

Parmi les habitués du label, la pianiste d’origine japonaise Aki Takase : son dernier album, « Cherry Sakura », un duo passionnant avec David Murray. Chacun a une longue expérience du duo : un gage de complicité. Retour à la tradition avec Let’s Cool One de Monk (joué à la clarinette basse), un blues (Blues for David), des thèmes en forme d’hymnes (A Long March to Freedom), des tempos survoltés avec envolées du ténor et déluges de notes du piano. Aki Takase a aussi enregistré d’autres duos : avec Louis Sclavis (« Yokohama »), Han Bennink (« Two For Two »), le clarinettiste Rudi Mahall (« Evergreen »),  le pianiste Alexander von Schlippenbach (« Iron Wedding ») ou la violoniste Ayumi Paul (« Hotel Zauberberg »). En solo, elle a aussi enregistré « My Ellington ».

Autre pianiste à l’honneur, le Cubain Aruan Ortiz et son album « Cub(an)ism ». Né à Santiago de Cuba, il a poursuivi son éducation musicale à Cuba, avant de gagner Barcelone pour étudier avec Horacio Fumero. Il a gravé son premier album, « Impression Tropical », en 1996 à Madrid, avant de gagner le Berklee College, sous la férule de Joanne Brackeen. Dans son album solo « Cub(an)ism », dédié au peintre cubain Wilfredo Lam, il concilie héritage afro-cubain et modernisme, à l’image de son mentor américain Richard Muhal Abrams.

Le label suisse se passionne aussi pour la musique improvisée européenne : « You Are Here » rassemble, par exemple, deux légendes de la free musique d’avant-garde : le guitariste bruitiste Fred Frith et le saxophoniste-clarinettiste Hans Koch. Beyond réunit d’autres figures titulaires : le bassiste Barry Guy, qui avait enregistré par le passé « The Blue Schroud » dédié à Guernica, le batteur Paul Lytton et la pianiste Marilyn Crispell.

Le label invite aussi les jazzfans à découvrir de nouveaux noms : l’Allemande Ingrid Laubrock (alto incisif et clarinette ombrageuse pour « Planktonic Finales », avec le bassiste Stephan Crump et Cory Smythe au piano), la saxophoniste basée à Berlin, Silke Eberhard (en trio pour « The Being Inn », avec une belle Willisau Suite en héritière de Dolphy), le saxophoniste suisse Jurg Wickihalder (avec Barry Guy à la contrebasse et le percussioniste Lucas Niggli pour « Beyond »), le pianiste suisse Stefan Aeby (« To The Light ») ou encore, le quartet incisif Amok Amor qui rassemble le batteur Christian Lillinger, le saxophoniste Wanja Slavin, le trompettiste Peter Evans et le contrebassiste Petter Eldh, dans une suite de compositions originales, parmi lesquelles un thème dédié à Alan Shorter, sideman d’Archie Shepp pour le légendaire album « Four For Trane ». Un label tout en contrastes.

Tout un univers de traverse à découvrir.

Claude Loxhay