Greg Lamy Quartet, Press Enter juin30

Tags

Related Posts

Share This

Greg Lamy Quartet, Press Enter

Greg Lamy QuartetPress Enter

IGLOO RECORDS

Natif de New Orleans, Greg Lamy a étudié la guitare au Berklee College, notamment sous la férule de Mick Goodrick, le guitariste du Liberation Music Orchestra de Charlie Haden, qu’on a pu aussi entendre, lors d’un Jazz au Château, en compagnie de son élève Wolfgang Muthspiel et de Dave Liebman. Depuis plusieurs années, Greg Lamy partage son temps entre Luxembourg, Paris et Bruxelles. En 2001, il a formé un quintet avec Jeroen Van Herzeele puis a joué en duo avec le guitariste Paulo Simoes (album Two Guitars) et a formé deux quartets, l’un avec le pianiste Emmanuel Duprey, l’autre avec le saxophoniste allemand Johannes Müller. Après avoir enregistré I see you à Cologne en 2009, il a gravé Meeting, pour Igloo, en 2013. Et voici que sort Press Enter, toujours sur le label belge. Au saxophone ténor, on retrouve Johannes Müller, qui a poursuivi ses études à Mannheim, avec Johannes Enders, a joué avec Randy Brecker et au sein du HR Big Band. A son nom, il a enregistré Jazz Mile. A la contrebasse, le Français Gautier Laurent. Issu du conservatoire de Nancy, il a fait partie de l’Orchestre Régional de Lorraine, au sein duquel il a croisé Phil Abraham, a joué avec Tchavolo Schmitt et formé un quartet avec Manu Codjia. Issu lui aussi du Conservatoire de Nancy et membre de l’Orchestre Régional de Lorraine, le batteur Jean-Marc Robin a notamment joué avec Birely Lagrène et le pianiste Dominique Fillon. Au répertoire de Press Enter, neuf compositions originales, suivies, en bonus track, d’un D Blues de derrière les fagots. Avec Control Swift, l’album démarre sur les chapeaux de roue. Porté par l’attaque vigoureuse de la rythmique, Greg Lamy développe un jeu groovy à souhait, avec des sonorités saturées teintées de colorations soul, une approche de la guitare qui n’est pas sans évoquer la palette sonore de John Scofield, notamment à l’époque où il jouait avec Joe Lovano. C’est aussi le cas sur le titre éponyme, en septième plage. Si certaines compositions lorgnent, tantôt vers le blues (Blues for Jean, There will be), tantôt le hard bop (Exit, D Blues), d’autres illustrent l’attrait de l’Américain pour les belles mélodies (Le Sujet joué en solo ou Erase). Johannes Müller s’avère être un complice idéal, comme l’illustre, entre autres, le bel unisson ténor-guitare sur l’exposé du thème Le Chien. La rythmique est, elle aussi, parfaitement complice: Jean-Marc Robin alternant frappe nerveuse (Control Swift) et jeu tout en légèreté (A-C), Gautier Laurent développant une belle sonorité de contrebasse: écoutez son solo sur Erase. Une musique groovy à souhait.

Claude Loxhay

Concerts

29 juillet: Jazz Rallye Luxembourg.

Octobre-novembre: tournée Luxembourg, Berlin, Milan, Grenoble, Paris.