Jim Black, Malamute août29

Tags

Related Posts

Share This

Jim Black, Malamute

Jim Black, Malamute

INTAKT RECORDS

C’est au sein du quartet « culte » AlasNoAxis (featuring le clarinettiste/saxophoniste Chris Speed) que Jim Black a connu ses plus belles heures de gloire. Mais à cinquante ans, on est encore un jeunot dans le jazz, et les perspectives nouvelles ne manquent pas. En témoigne le projet électrique « Malamute » pour lequel le batteur/compositeur (de l’ensemble des titres de l’album) s’est entouré de musiciens provenant de lieux géographiques différents, mais qui ont en commun une conception musicale relativement semblable. C’est donc en compagnie « patchwork » de Oskar Gudjonsson (un saxophoniste islandais au jeu Jon Hassellien, confiné aux notes les plus basses), du claviériste autrichien Elias Stemeseder (un collaborateur régulier de John Zorn) et de son fidèle bassiste Christopher Tordini (dont certains riffs auraient pu figurer sur les premiers albums des Stranglers…) que Jim Black nous invite à occuper le rôle de la bille au milieu d’un billard électrique. A chaque instant et sans crier gare, sans doute en fonction de l’humeur du Chef, le quartet prend une nouvelle direction, piochant dans le jazz, le rock ou l’électronique, l’ingrédient qui semble lui convenir le mieux à ce moment-là.  « Malamute », vous l’aurez compris, est un album zigzag aussi désarçonnant qu’inquiétant. Si tel était leur intention (et on n’en doute pas un seul instant…), c’est réussi !           

Joseph « YT » Boulier