Wuman, Portraits sept26

Tags

Related Posts

Share This

Wuman, Portraits

Wuman, Portraits 

WUMAN.BE

Nous avons découvert – mieux, nous avons été séduits par… – Wuman à l’occasion de la fête de la musique qui s’est tenue dans le pays dans le courant de l’été dernier. Le set flamboyant que le groupe bruxellois (d’adoption) proposait ce soir-là avait enthousiasmé un public curieux, venu en nombre pour entendre leur pop en trompe-l’oreille, dans le chaleureux club liégeois de l’An Vert. Notez qu’il ne s’agit pas de novices : le groupe a déjà connu, dans sa toute jeune carrière, deux passages au festival de Dour, un Printemps de Bourges et deux consécrations lors de concours prestigieux (le Tremplin de Dour en 2015 et le Concours-Circuit en 2016). En fond de scène, on a tendu une toile sur laquelle se trouvent dressés les portraits vidéographiques de six femmes. D’Alice à Jeanne, en passant par Emilie et d’autres. Il s’agit de portraits de jeunes femmes, de dames d’âge mûr ou de fillettes… Au terme d’un financement assuré grâce à un appel de fonds publics et privés, ces six portraits se sont retrouvés sur un mini-album pétillant (trente minutes chrono) publié il y a presque un an… Mais il serait dommage de l’ignorer davantage. Le projet est pluridisciplinaire, autant dans sa forme musicale (puisque se mêlent les influences pop / rock, post-rock et jazz) que dans son ouverture  artistique (le concept réunit la musique, la vidéo et la photographie).On l’a compris, Wuman est un groupe éclairé qu’il est difficile d’archiver dans un quelconque tiroir. Le quatuor cite volontiers comme influences, des groupes de la mouvance « math-rock » comme les Ecossais de Mogwai, tandis que nous relevons pour notre  part les empreintes d’un Wu Lyf débarrassé de ses tics vocaux crispants ou d’un Girls in Hawai, pour la richesse des harmonies dont ils maîtrisent parfaitement les codes… Et si, comme le prétendait le philosophe florentin Leon Battista Alberti, un portrait permet « de rendre présents ceux qui sont absents », nul doute que l’irrésistible « Julia » (alias la chanteuse américaine Julia Minkin, qui apporte sa contribution au titre qui lui est dédié) vous trottera en tête longtemps encore…

Joseph « YT » Boulier