Pierrick Pedron, Unknown oct19

Tags

Related Posts

Share This

Pierrick Pedron, Unknown

Pierrick PedronUnknown

CRESCENDO

Le public belge a pu découvrir le saxophoniste alto Pierrick Pedron au travers de sa rencontre avec Greg Houben (album « Greg Houben Quartet meets Pierrick Pedron » de 2010), mais aussi au travers de son projet Kubic’s Monk présenté au festival Jazz à Liège, en 2013. Né en 1969, Pierrick Pedron a poursuivi ses études au CIM à Paris, enregistré dès 1994 avec Magic Malik et fait partie du Douzetet de Sax avec Lionel Belmondo et le Canadien François Théberge. En 2004, il a sorti son premier album personnel, « Classical Faces », en sextet avec Magic Malik et, l’année suivante, à New York, il enregistre « Deep in Dream », avec le pianiste Mulgrew Miller, le batteur Lewis Nash et déjà Thomas Bramerie à la contrebasse. Suivront ensuite les albums « Kubic’s Monk » (2012), en trio avec Thomas Bramerie et Frank Agulhon; « Kubic’s Cure » (2014), dédié à la musique du groupe The Cure puis « And the » (2016), sur des rythmes funky, notamment avec Vincent Arthaud aux claviers électriques et Chris De Pauw à la guitare (un projet vu l’an dernier à Nandrin).

Avec « Unknown », le Français revient à la plus pure tradition post bop. Au piano, le jeune Carl-Henri Morisset, élève de Pierre De Bethmann, Hervé Sellin, Ricardo Del Fra et Dré Pallemaerts, au Conservatoire de Paris. Avec Ricardo Del Fra, il a enregistré l’album « My Chet My Song », tout en côtoyant Archie Shepp, Ricky Ford ou Daniel Humair. A la contrebasse, le fidèle Thomas Bramerie qui a accompagné nombre de pianistes, comme Jean-Michel Pilc, Baptiste Trotignon ou Eric Legnini mais aussi le saxophoniste Jacques Schwarz Bart. Enfin, à la batterie, l’Américain Greg Hutchinson qu’on a entendu avec Betty Cartetr, Roy Hargrove, Joshua Redman (notamment au sein de ce double trio présent aux Dinant Jazz Nights de 2010), mais aussi Joe Henderson et, dernièrement, en France avec Olivier Hutman.

Au répertoire, huit compositions originales dans la plus pure tradition bop et deux versions (l’un courte, l’autre longue) de Enjoy The Silence écrit par Gore Martin Lee de Dépêche Mode. Une belle alternance entre, d’une part, des compositions au tempo enlevé (Unknown, Val André, With The 2 B’s ou Trolls avec une belle intro alto/batterie), voire échevelé (Mister Miller), toujours avec de constants changements de tempo, de brusques accélérations et, d’autre part, des ballades à la sensibilité exacerbée (A Broken Reed, Enjoy The Silence, Petit Jean ou Mum’s Eyes avec un beau dialogue entre saxophone et piano).

Voilà assurément, un des meilleurs albums de Pierrick Pedron.

Claude Loxhay