Howlin’ At Greaseland fév19

Tags

Related Posts

Share This

Howlin’ At Greaseland

Howlin’ At Greaseland    

WEST TONE RECORDS

Notre ami Kevin Johnson a quitté Delmark Records pour créer sa propre compagnie indépendante de promotion du blues en radio et dans la  presse. Il démarre ses activités avec cet hommage appuyé à un blues héro prestigieux : Chester Burnett/Howling Wolf. L’album est produit par Stephanie Tice et il a été enregistré aux Greaseland Studios fondés par le guitariste Chris Andersen (1) à San José en Californie.  Il a évidemment été fait appel à toute une série de musiciens de blues qui, d’une façon ou d’une autre, ont été influencés par le Wolf ou éprouvent pour lui une admiration sans bornes (et amplement justifiée !), bon nombre sont Californiens et familiers des Greaseland Studios comme les harmonicistes Aki Kumar et Rick Estrin et les guitaristes Johnny Burgin (Rockin’ Johnny), Johnny Cat, Chris James, Mike Andersen lui-même  piano et basse). Il y a aussi des chanteurs comme Alabama Mike dans Meet Me In The Bottom, John Blues Boyd dans Smokestack Lightnin’ , Spoonful et Ridin’ In The Moonlight,  Terry Hank (+ sax) dans Howlin’ for My Darling. Des pianistes comme Jimmy Pugh (ex-Robert Cray), Lorenzo Farrell etc. Et, cerise sur le gâteau, il a été fait appel à deux bluesmen légendaires comme Taildragger (dont la voix rocailleuse est tellement proche de celle du Wolf) sur deux titres, Don’t Trust No Woman et I’m Leaving You et surtout Henry Gray, le chanteur pianiste qui a fait partie du band du Wolf dans les années 1950 et 1960 et qui se retrouve ici aux commandes de  Worried Life Blues et  Little Red Rooster. Tout cela est super bien fait et donne une envie irrésistible d’aller écouter les originaux… c’est ce que j’ai fait en tout cas. Enjoy !

 

(1)   Récompensé par un Keeping The Blues Alive Award décerné par la Blues Foundation en 2016.

 

Robert Sacre