Miles Davis – John Coltrane, The Final Tour mai18

Tags

Related Posts

Share This

Miles Davis – John Coltrane, The Final Tour

Miles Davis & John Coltrane, The Final Tour

Bootlegs series vol.6

COLUMBIA SONY MUSIC

Les enregistrements « live » du second grand quintet de Miles Davis (Hancock, Shorter, Carter, Williams)  sont légion; du premier quintet de légende peu de sorties officielles sont venus satisfaire les fans de la période qui a suivi « Kind of Blue ». Voici un coffret de quatre galettes qui va réjouir tous les fans de Miles et/ou de Coltrane. Au printemps 1960, Norman Granz organise une tournée européenne du quintet de Miles Davis, celui qui quelques mois plus tôt avait enregistré le désormais « indispensable dans toute discothèque » « Kind of Blue » : Wynton Kelly, Paul Chambers, Jimmy Cobb et John Coltrane entourent un leader dans une tournée dont nous trouvons ici les concerts de Paris (deux sets), Copenhague (un set) et Stockholm (deux sets). Un programme où on retrouve seulement deux thèmes issus de « Kind of Blue » (soit quatre versions de «So What», deux de «All Blues ») tous dépassant largement les dix minutes, «Walkin’» que Miles jouait déjà en 1954, et trois standards : «All of You», «On Green Dolphin Street» et «Bye Bye Blackbird».  Un répertoire qu’on ne peut qualifier d’audacieux dans son choix, mais dont les différentes versions donnent des pistes sur l’évolution du trompettiste et du saxophoniste. Il faut dire qu’avant même les débuts de la tournée, Coltrane avait prévenu Miles qu’il quittait le groupe. Et c’est peut-être le jeu du saxophoniste qui est le plus intéressant dans ces concerts en public : Coltrane y marque de nouveaux territoires où le jazz modal « aristocratique » pratiqué par Davis s’enhardit par la véhémence, la rudesse, l’acidité et la tension du propos. Si Miles Davis cherchait déjà à l’époque de nouvelles voies, sûr que Coltrane lors de cette dernière tournée lui a donné des idées. Après cette tournée, les voies de deux des géants du jazz se sont séparées, chacun oeuvrant à sa façon à la grande Histoire du jazz. En cela, ce sixième coffret des « Bootlegs series » est indispensable dans toute discothèque qui se respecte.

Jean-Pierre Goffin