Pépites #8, around jazz mai22

Tags

Related Posts

Share This

Pépites #8, around jazz

Around Jazz, quelques pépites…

C’est du jazz… mais pas tout à fait non plus. Voici une collection de disques qui méritent qu’on leur rétrocède une oreille très attentive.

 

Keyon Harrold, The Mugician

LEGACY RECORDINGS

Keyon Harrold n’est pas un novice. Celui qui, selon Wynton Marsalis himself, représente « le futur de la trompette » est l’un des sidemen les plus recherchés de la Planète bleue (et hip-hop). Des dollars, ce natif du Missouri a dû s’en mettre plein les poches, en soufflant aux côtés de Rihanna, Beyoncé, JAY-Z et autres Eminem. Ceci expliquant sans doute la raison pour laquelle « The Mugician » n’est que son second album enregistré en leader depuis 2009 ! A son tour aujourd’hui d’inviter quelques potes à la maison : des chanteurs, des rappeurs, des musiciens et même la famille (sa maman lui transmet ses encouragements en ouverture de cédé). Parmi ceux-ci, on remarque la présence Robert Glasper, Bilal & Big K.R.I.T., Gary Clark JR. ou encore Marcus Strickland. Avec un line up aussi impressionnant, on s’attendait à ce que « The Mugician »  nous offre un voyage crossover mémorable. On ne sera pas déçu ! Ce disque à choix multiples abrite quelques perles que nous vous invitons à découvrir sans plus attendre. Comme ce « Circus Show » au groove assassin. Comme ce « MB Lament », une chanson dédiée à Michael Brown, un jeune homme noir abattu sans motif par la police. Ou encore comme ce magnifique « Stay This Way », un compromis insolite entre la musique de Prince et celle de Joaquin Rodrigo. Ancré dans son époque « The Mugician » (une contraction linguistique qui prend en effet tout son sens ici…), est à ranger sur vos étagères auprès de la « Centennial Trilogy » de Christian Scott aTunde Adjuah… s’il vous reste encore un peu de place !     

Clément Janinet, O.U.R.S.

GIGANTONIUM

Autre sideman, autre origine (la France), autre instrument (le violon). Et premier album en qualité de leader pour Clément Janinet. Voici O.U.R.S., un acronyme de « Ornette Under the Repetive Skies » qui annonce clairement la couleur, et les libertés audacieuses que le violoniste se permettra de prendre.. Il sera en effet bien question de confronter l’avant-garde des années soixante (Ornette Coleman) à un jazz de chambre apaisé. Le choc peut être rude puisque l’intensité et la complexité d’une musique free se heurteront de face à des séquences très séduisantes. Cet « O.U.R.S. » finalement bien léché vogue entre une musique répétitive façon Philip Glass (entendre à ce sujet la plage titulaire de l’album) et les ruptures intenses du rock (Hugues Mayot… déchirant sur « Crions part 2 »)  De fait, avec cet album et cette démarche aboutis, Clément Janinet ne nous emmène jamais là où nous pensions nous rendre. Et ça, c’est plutôt jouissif…

Gabacho Maroc, Tawassol

10H10

En ces temps maudits ou amalgames et jugements faciles se succèdent, l’écoute d’un album festif produit par une formation mixte nord-africaine/européenne fait un bien fou ! Et on ne s’en privera pas ! Voici donc venu Gabacho Maroc et leur deuxième cédé « Tawassol », dont l’objectif vise à jamais le rassemblement joyeux et coloré. Ce groupe se classe dans la catégorie Gnaoua, un souk hétéroclite qui inclut aussi bien la salsa, le reggae (« Laabid ») et le funk (écoutez en priorité « Dara »). On y retrouve enfin quelques pointes de jazz bien évidemment (quelques envolées s’en inspirent) et de rock (pour l’énergie généreuse qui s’en dégage). Entre tradition berbère et modernité occidentale, Gabacho Maroc ne simule pas la moindre hésitation : il prend tout ! 

Joseph « YT » Boulier