Manuel Hermia, ça se passe près de chez vous… oct24

Tags

Related Posts

Share This

Manuel Hermia, ça se passe près de chez vous…

Manuel Hermia: De Jazz Brugge au Jazz Tour

Manuel Hermia a le vent en poupe. En 2010, il sortait, sur le label Igloo, son album Long Tales and Short Stories, une alternance entre compositions personnelles et courtes plages d’improvisation collective qui illustrent pleinement la parfaite implication de ses deux compagnons de route : d’une part, le contrebassiste d’origine sarde Manolo Cabras que l’on avait déjà entendu au sein du quartet de Ben Sluijs, aux côtés d’Erik Vermeulen, Free Desmyter ou Chris Joris, d’autre part, le batteur portugais Joao Lobo qui a notamment joué avec Enrico Rava, son compatriote bassiste Carlos Bica et le pianiste italien Giovanni Guidi. Depuis, le succès de ce trio empathique ne s’est pas démenti : Octave de la Musique en 2011, sortie du cédé au Portugal, en France et en Allemagne, concert d’ouverture au festival Jazz Brugge, tournée des Jazz Lab Series en octobre, avec un passage à Flagey et au Voruit de Gand et, enfin, 9 dates au Jazz Tour en novembre. Entretien décontracté avec Manu à l’issue de son concert au Sint Janshospitaal de Bruges.

WWW.MANUEL-HERMIA.COM


Ce qui frappe au sein du trio, surtout en concert, c’est la parfaite interactivité entre les trois musiciens: chacun est partenaire à part entière de la musique…
Oui, dans le livret du cédé, j’ai cité une phrase de Sartre qui dit qu’on ne peut prendre sa propre liberté sans accepter celle des autres. C’est cette interactivité que je voulais pour ce trio. Pour un saxophoniste, le trio est une formule qui permet une liberté totale: il n’y a pas d’instrument harmonique, ni piano, ni guitare. Il y a énormément d’espace pour l’improvisation, on peut prendre plus de risques. Le but était de former un trio au sein duquel il y a beaucoup d’espace pour chacun. Je n’apporte aucun arrangement, j’écris très peu. Parfois, il y a des improvisations complètement libres. Au mieux, j’apporte un petit thème, une grille d’accords mais parfois pas. La musique est vraiment ouverte.

Par conséquent, le choix des partenaires était primordial : comment as-tu choisi Manolo et Joao?
En fait, cela faisait des années que j’avais envie de former un tel trio et il y a deux raisons pour lesquelles je ne le faisais pas. D’abord, je ne me sentais pas prêt à assumer cette liberté-là parce qu’en quartet, la situation est plus confortable et, ensuite, je ne trouvais pas les musiciens avec qui je ressentais une vraie magie, un peu comme en amour. J’ai rencontré Manolo parce qu’il est venu faire un remplacement au sein du quartet avec Erik Vermeulen. Et puis, il m’a fait rencontrer Joao. On a fait deux concerts ensemble et, tout de suite, j’ai senti que cela fonctionnait. Très vite, on a enregistré un cédé. De fil en aiguille, l’aventure s’est développée. Plus on joue et plus on s’amuse.

Manolo connaissait déjà bien la scène belge…
Manolo était depuis longtemps en Belgique, il avait joué dans le quartet de Ben Sluijs et Jeroen van Herzeele, avec Erik Vermeulen ou Free Desmyter dans une scène relativement free.

Par contre, on connaissait peu Joao en Belgique…
Oui, mais Manolo et Joao se connaissent très bien: ils ont fait leurs études ensemble aux Pays Bas, à La Haye. Ils se connaissent depuis longtemps et j’hérite de cette complicité entre eux qui est vieille de plusieurs années. On joue en trio seulement depuis deux ans mais eux se connaissent depuis belle lurette. Joao est venu, un moment, s’installer à Bruxelles et c’est tant mieux.

Des ponts existent certainement avec le quartet, par exemple, la reprise de Rajazz, mais on sent qu’il y a un esprit beaucoup plus free dans le trio…
Oui, en fait, le rajazz, pour moi, c’est juste une technique que j’ai mise au point et que j’utilise pour pouvoir découvrir d’autres phrasés que ceux qu’on connaît tous, pour emmener mes idées ailleurs mais c’est une technique que je peux mettre à toutes les sauces. Je l’utilise dans tous mes projets mais le trio est malgré tout plus ouvert que le quartet. Même si parfois Erik Vermeulen me manque, parce que travailler avec lui est aussi un grand plaisir. Mais j’ai fait le choix, tant que le trio tourne, de ne plus jouer avec le quartet pour ne pas créer de malentendu, de compétition entre les deux formations.

Le disque est sorti en 2010. Est-ce que tu sentais qu’il s’agissait d’un projet qui allait s’insrire dans la durée et susciter un tel engouement: Octave de la Musique en 2011, sortie de l’album au Portugal, en France et en Allemagne, tournée des Jazz Lab Series et du Jazz Tour?
Pour être franc, on n’avait pas prévu cet engouement. J’avais envie depuis longtemps de faire ce trio un peu libertaire, mais je voulais le faire d’abord pour moi, je ne savais pas qu’on allait tourner beaucoup avec ce projet, je croyais que ça allait rester assez confidentiel. Et puis, finalement, tout est allé très vite: on a fait une première session de deux jours et demi en studio en se disant qu’on y retournerait encore trois ou quatre jours, un mois après. Or, sur ces deux jours, on avait déjà la matière pour l’album: on était content. Le disque est sorti et c’est vrai qu’au début, on a peu joué parce que les gens étaient un peu frileux: un jazz libertaire, c’est quoi? Le free jazz ne constitue pas toujours une bonne étiquette en Belgique. Et puis, au fur et à mesure, on s’est fait engager de plus en plus.

WWW.MANUEL-HERMIA.COM



Un deuxième album est-il prévu?
Cet automne-ci, on a une grosse tournée tant en Flandre avec le Jazz Lab qu’en Wallonie avec les Lundis d’Hortense, après on va faire une dizaine de dates au Vietnam et en Chine. Aussi, on s’est dit qu’on allait en profiter pour aborder un nouveau répertoire et l’enregistrer dans la foulée. On essayera d’enregistrer dans trois mois mais je ne sais pas quand l’album sortira.

En parallèle, tu as un autre projet: un deuxième album du Murmure de l’Orient…
Oui, je compte sortir un deuxième album, entre autres, avec Majid Bekkas. Cet album sera, à nouveau, dédié uniquement au bansuri, cette flûte indienne: on n’est pas dans le jazz mais dans la musique du monde, certes, avec 90 % de place pour l’improvisation mais dans une esthétique qui ne partage pas grand chose avec le jazz. L’album sort cet automne dans le circuit « musique du monde ».

Tu as aussi un projet de quintet avec Jean-Paul Estiévenart à la trompette…
Comme je le disais tout à l’heure, j’ai arrêté le quartet parce que le répertoire était trop proche de la formule en trio mais on a monté ce quintet dans un tout autre registre. Cela s’est fait un peu par hasard, il y a deux ans, à la demande d’une salle qui voulait que je présente un répertoire plus classique. Et moi, ce que j’aime beaucoup jouer, c’est du Cannonball Adderley. En tant qu’altiste, c’est tellement gai. Donc on a monté ce projet avec Jean-Paul Estiévenart à la trompette, Jean-Louis Rassinfosse à la contrebasse, Cédric Raymond au piano et Bilou Doneux à la batterie. On a abordé des thèmes comme Work Song, des classiques du soul jazz, un morceau de Parker, d’autres de Miles et de Wayne Shorter et quelques compositions originales quand même. Mais là, on n’est vraiment pas en compétition avec le trio parce que ces deux groupes-là ne jouent jamais dans les mêmes lieux: avec cette formation, on joue dans des clubs ou des festivals plus mainstream. Je me sens complet quand je peux jouer finalement tous les styles de jazz.

Et qu’en est-il de Slang ?
Le trio est un peu sur « pause » pour l’instant. On est en train de concocter une création avec un musicien marocain mais ce sera pour plus tard parce que je n’arrive pas à tout mener de front. François Garny est aussi branché sur un autre projet pour l’instant. A mon avis, cette nouvelle création de Slang, ce sera pour 2013 mais l’aventure continue.

Propos recueillis par Claude Loxhay

A écouter:
Manuel Hermia Trio, Long Tales and short stories (Igloo)
Manuel Hermia Quartet, L’esprit du Val  & Rajazz (Igloo)


the story of a caress par manuel-hermia

WWW.IGLOORECORDS.BE

WWW.IGLOORECORDS.BE

02.11.2012
20:30
Manuel Hermia Trio Foyer Socioculturel d’Antoing Antoing Jazz Tour
03.11.2012
21:00
Manuel Hermia Trio Salle Henrifontaine Hannut Jazz Tour
06.11.2012
21:00
Manuel Hermia Trio Centre Culturel de St-Georges-S/Meuse Saint-Georges-sur-Meuse Jazz Tour
07.11.2012
20:30
Manuel Hermia Trio Jazz Station Saint-Josse-ten-Noode Jazz Tour
09.11.2012
20:00
Manuel Hermia Trio Centre Culturel Rossignol-Tintigny Rossignol Jazz Tour
10.11.2012
21:00
Manuel Hermia Trio JAZZ9 (ex-N’8′Jazz) Mazy Jazz Tour
13.11.2012
21:00
Manuel Hermia Trio La Ruche Théâtre Charleroi Jazz Tour
14.11.2012
21:00
Manuel Hermia Trio Jacques Pelzer’s Jazz Club Liege Jazz Tour
16.11.2012
20:30
Manuel Hermia Trio La Chapelle de Verre Ronquières Jazz Tour