Stéphane Mercier, Trip oct11

Tags

Related Posts

Share This

Stéphane Mercier, Trip

Stéphane Mercier, Trip

Le saxophoniste bruxellois Stéphane Mercier a débuté sa carrière au Jazz Studio d’Anvers puis s’est inscrit au Conservatoire de Bruxelles. Passionné par le jazz américain, il est resté trois ans au Berklee College de Boston et a résidé sept ans à New York où il a croisé nombre de musiciens américains et européens. Il passe deux ans à Paris puis s’installe à Bruxelles où il lance, avec son père Jacques, le spectacle La Boîte de Jazz. Il a, à son actif, une discographie impressionnante. En 2000, il a enregistré « Flor de luna », pour le label Fresh Sound avec le Français Vincent Bourgeyx aux claviers, puis, en 2002, « Soft and Sand in Long Island City » avec le guitariste américain Ryan Scott. En Belgique, il participe au projet « Summer Residence » avec Charles Loos et Bernard Guyot, enregistre, en 2009, « Walking The Soul Map » avec Charles Loos puis, en 2013, « Duology », une série de duos avec les pianistes Nathalie Loriers, Eric Legnini, Ivan Paduart, Charles Loos mais aussi David Linx ou les saxophonistes Toine Thys et Fabrice Alleman. En 2015, il grave « Live At Columban », en sextet avec Jean-Paul Estiévenart (trompette), Steven Delannoye (saxophone) et Yonathan Avishai au piano. On l’a aussi entendu en quartet avec AJA, soit Antoine Cirri (batterie) et Alain Pierre (guitare) et en trio avec le bassiste Michael Magalon et le pianiste Georges Hermans. De ses attaches avec la France, il faut aussi citer le Mo Avast Band, du contrebassiste Mauro Gargano, avec le bouillant saxophoniste italien Francesco Bearzati et le pianiste Bruno Angelini (souvenir d’un excellent concert au Pelzer Jazz Club). Enfin, avec le Jazz Station Big Band, fondé avec Michel Paré (trompette), il a enregistré un album Igloo (IGL 226), avec une solide équipe comprenant notamment Jean-Paul Estiévenart et les saxophonistes Daniel Stockart  et Fred Delplanck. Stéphane Mercier présente ici un quintet qu’il a fondé en 2014. A la guitare, Peter Hertmans qu’il avait croisé au sein du projet Summer Residence et qui a enregistré avec nombre de saxophonistes : Daniel Stockart, Erwin Vann ou Jeroen  Van Herzeele. Au piano, Nicola Andrioli, membre du quartet de Philip Catherine et co-leader d’un duo avec Steven Delannoye. A la contrebasse Cédric Raymond qui a notamment enregistré avec le quartet Greg Houben – Fabian Fiorini et avec Chrystel Wautier. A la batterie, Matthias De Waele qui a enregistré avec le pianiste Olivier Collette et le Bravo Big Band. Pour ce voyage, Trip propose 10 titres, 7 compositions du leader, 2 de Peter Hertmans (Remember et Eternally Yours) et le « Je me suis fait tout petit » de Georges Brassens, joué sur un rythme reggae (on sait que Stéphane Mercier aime la chanson : il a arrangé des titres de Trenet et Aznavour, sur « Duology » et « Walking The Soul Map »). L’osmose entre la guitare et l’alto, avec sa sonorité fluide et suave, est parfaite (Artichoke Facial, Noah’s Ark). Nicola Andrioli opère un mélange subtil entre piano et Fender Rhodes (Artichoke Facial) et propose de belles intros au piano (For Emilie, Noah’s Ark). La rythmique souligne habilement le travail de chacun. Les compositions de 4 à 6 minutes 30 laissent de larges espaces aux solos : par exemple, alto, guitare et piano sur Route 166, Fender et contrebasse sur Artichoke Facial, guitare sur Samsara. Ce répertoire propose aussi une belle alternance entre ballades (Samsara, Trois ou Route 166) et thèmes au tempo beaucoup plus vif, comme le tournoyant Noah’s Ark, Noé ou Eternally Yours. Un très bel album qui sort à l’occasion des 40 ans d’Igloo, avec déjà plusieurs concerts en perspective et, pourquoi  pas, une sélection au prochain JazzTour.
Claude Loxhay

Concerts

Après Eghezée et Lasne…
Liège, L’An Vert, 20 octobre
Bruxelles, Théâtre 140, 8 novembre
Ans, Centre culturel, 4 janvier 2019