Pépites #20, around jazz nov27

Tags

Related Posts

Share This

Pépites #20, around jazz

Around Jazz, quelques pépites…

C’est du jazz… mais pas tout à fait non plus. Voici une collection de disques qui méritent qu’on leur rétrocède une oreille très attentive.

Robocobra Quartet, 

Plays Hard To Get

ABBREVIATED RECORDS

On a découvert ce quartet atypique nord-irlandais lors de la dernière édition du Micro Festival (Saint-Léonard, Liège). Le Robocobra Quartet (Belfast) s’articule autour du batteur/vocaliste Chris Ryan qui insuffle parmi ses compagnons (basse, saxophones, un brin d’électronique) et autour de lui une énergie contagieuse et bouillonnante. Chris Ryan – particulièrement en verve ici – braille, gémit, supplie son texte et entraîne son audimat  dans une transe où le free jazz, la musique classique contemporaine et l’énergie punk se côtoient sans discernements. Avec cette suite logique au premier opus « Music For All Occasions » (2016), le Robocobra Quartet joue les filles de l’air sur des œuvres contrastées. Oui, c’est parfois éreintant… Mais au bout de ce tremplin-là, quelques belles envolées valent le saut (« Least Violent Time »). Pour info : Robocobra Quartet sera @KulturA (Liège) le 24 janvier prochain. 

Flavio Boltro BBB Trio,

Spinning

ANTEPRIMA PRODUCTIONS

Après l’exubérance, voici la discrétion, celle qui mieux qu’autre chose décrit la musique en retenue du Piémontais Flavio Boltro. Celui qui a soufflé (jusqu’à la fin) aux côtés de Michel Petrucciani n’est franchement pas un inconnu. Il est considéré par ses pairs (ceux dont l’avis compte plus que celui de n’importe qui d’autre) comme étant l’un des trompettistes les plus doués d’Europe. Sa technique est exceptionnelle ! Mais elle ne suffit pas. Pour faire un beau disque, il faut d’autres ingrédients… Ils seront checkés au fur et à mesure. Une liberté totale d’écriture : check ! Un dialogue parfait avec ses compagnons de route (l’incontournable Mauro Battisti à la contrebasse, Mattia Barbieri aux drums) : check ! Une ouverture d’esprit marquée d’une belle empreinte de jazz modal et de rock : check ! La musique de « Spinning » ondule et nous transporte. Et s’il faut se laisser transporter, nous nous porterons volontaires… Mais nous ne resterons néanmoins pas de marbre !

Hailey Tuck, Junk

SONY

Les premiers noms qui garniront l’affiche de l’édition 2019 du Mithra Jazz à Liège commencent à tomber. Parmi eux, celui d’une jeune texane (Austin) brune aux yeux bleus : Hailey Tuck. Elle aura le privilège de fouler la scène de ce bon vieux Trocadéro le 17 mai. Parenthèse refermée : qui est Hailey Tuck ? Après avoir produit une poignée d’EP’s destinés à tester notre patience, la chanteuse américaine au look vintage s’est risquée au premier effort longue durée.  « Junk » rassemble équitablement quelques titres originaux et quelques reprises intéressantes qui en disent long sur les goûts éclectiques de la fille. De Leonard Cohen (That Don’t Make It Junk) au Kinks (Alcohol) en passant par le magnifique I Don’t Care Much tiré de la comédie musicale « Cabaret » ou d’une chanson de Pulp, Hailey Tuck s’essaie à tout sans craintes et avec réussite. Elle a la voix (atypique…) pour le faire, et une équipe qui la soutient sans failles. Tout ceci en mode « ballades » et à pas feutrés… tout en légèreté !

Assurément une bonne pioche pour le Mithra…

Joseph « YT » Boulier