Toine Thys Trio, The Optimist jan31

Tags

Related Posts

Share This

Toine Thys Trio, The Optimist

Toine Thys Trio, The Optimist

IGLOO RECORDS

En parallèle aux autres projets auxquels il participe – Rackam, Orlando, Afrikan Protokôl, quartet avec l’oudiste Ihab Radwan ou Urbex d’Antoine Pierre, Toine Thys avait déjà enregistré deux albums en trio avec orgue Hammond. Le premier, « The End Of Certainty », en 2010, avec le Hollandais Arno Krijger à l’orgue et Joost Van Schaik à la batterie. Pour le deuxième, « Grizzly » en 2015, Antoine Pierre remplaçait le batteur néerlandais et insufflait une énergie supplémentaire au trio. Voici « The Optimist », enregistré à Brooklyn et qui ouvre de nouveaux horizons, des climats tout différents. Il faut dire que les partenaires sont eux-mêmes tout à fait différents. A l’orgue, l’Américain Sam Yahel qui a côtoyé la crème du jazz outre-Atlantique : Joshua Redman, Bill Frisell, Peter Bernstein mais aussi Norah Jones. A son nom, il a enregistré « Jazz Side Of The Moon », en référence à Pink Floyd, avec Seamus Blake au saxophone et « Afterburn » avec le ténor Donny Mc Caslin. A la batterie, le Canadien basé à Paris, Karl Jannuska qui a croisé la route de Lee Konitz, Kenny Wheeler, Mark Turner, Rick Margitza, David Binney ou Paolo Fresu. Avec le saxophoniste François Théberge, il a enregistré « Soliloque » et, à son nom, « Thinking In Colours » en 2009 et « Midseason » en 2016, avec le guitariste Pierre Perchaud. Enfin, en invité, aux guitares électrique et acoustique, le Sénégalais Hervé Samb qui, entre jazz et musique africaine, a travaillé avec David Murray et Salif Keita, a enregistré « Solos-duos » avec Pierre Van Dormael ainsi que « Teranza » avec des cordes en 2017. Le répertoire reflète aussi une tout autre inspiration. Parmi les 9 compositions personnelles de l’album, plusieurs sont de consonnances africaines, reflets des nombreux voyages entrepris avec Laurent Blondiau pour travailler avec les Ventistes du Faso au Burkina Faso. C’est le cas de Lullaby of Gounguin, en référence au quartier des artistes à Ouagadougou, avec ce rythme traditionnel camerounais insufflé par la guitare acoustique d’Hervé Samb. Mais aussi de The Optimist, morceau écrit en Afrique pour faire l’éloge des personnes positives et enthousiastes en toutes circonstances, de Tête brûlée, composé à New York, thème énergique aux consonnances africaines ou de Warthog où Toine s’imagine « dans la peau d’un animal chassé par des prédateurs en pleine savane » : trois plages sur lesquelles Hervé Samb passe à la guitare électrique. Le groove énergique insufflé par l’orgue Hammond reste pour autant toujours présent : le très groovy Bravo, clin d’oeil au défunt jazz club bruxellois, aux sonorités très électriques; Samouraï et son groove plus lent imposé par le duo orgue-batterie, qui évoque l’ère Jimmy Smith ou Bowing enregistré en duo avec l’orgue de Sam Yahel qui introduit majestueusement le thème. L’inspiration est aussi multiple : Masks And Feathers, et son atmosphère de fin de soirée, a été écrit après avoir assisté au carnaval de Binche. Quant à Cosmic Wassyl – clarinette basse ombrageuse et guitare acoustique – est un hommage au chanteur d’opéra Wassyl Slipack tué par un sniper, lors du conflit en Ukraine. Enfin, autre spécificité de « The Optimist », Toine jongle de manière intensive entre ses trois instruments : soprano volubile (The Optimist), clarinette basse à la sonorité ténébreuse (Lullaby of Gounguin, Cosmic Wassyl) et ténor rageur (les autres plages). Musicien passionné par le hasard des rencontres, Toine Thys fait preuve d’un bel éclectisme : « The Optimist » est à l’image de ce « ventiste » chaleureux et inspiré. 

Claude Loxhay

Concerts

France: Centre Wallonie-Bruxelles, Paris, 22 février
Belgique: Bozar, Brussels, 23/2
Allemagne: Salon du jazz, Cologne, 26/2
Pays-Bas: Paradox, Tilburg, 27/2
+
24/2, Liège, L’An Vert
25/2: Bruxelles, Masterclass Conservatoire de Bruxelles
28/2: Anvers, Rataplan