Tommy Castro & The Painkillers avr29

Tags

Related Posts

Share This

Tommy Castro & The Painkillers

Tommy Castro & The Painkillers, 

Killin’ It Live

ALLIGATOR RECORDS

Je n’ai encore jamais été déçu par un album de Castro et ce n’est pas avec celui-ci que cela va commencer. Il s’agit pourtant déjà du quinzième en 30 ans de carrière. On y trouve toujours la même intensité vibrante, le chant passionné et expressif de Castro avec son timbre de voix chaud et original, sans oublier son jeu de guitare dévastateur, incisif et irrésistible. Il faut dire qu’il est bien entouré par ses trois acolytes habituels (1), rodés par des années de complicité : Randy McDonald (basse), Bowen Brown (batterie) et Mike Emerson (claviers). Leur jeu est quasiment télépathique, chacun connaissant l’autre, donc ce qu’il va jouer, le tout en harmonie totale. Tous les titres ont été enregistrés en public en 2018, mais à des endroits différents. L’effervescence et la complicité active du public boostent les musiciens qui donnent le maximum, dans une jubilation communicatives. Quatre titres sont composés par Tommy Castro (seul ou en collaboration), et ont été enregistrés à la « Daryl’s House », Pawling (N.Y.), dont le bien enlevé Make It Back To Memphis qui ouvre le bal en fanfare et Lose Lose, un slow blues intense, avec des parties de guitare qui arrachent, ou encore un Shakin’ The Hard Times Loose, sur une trame haletante de rock ‘n roll et « She Wanted To Give It To Me » roboratif et triomphant. Deux autres compos de Castro ont été gravées à la « Belly Up Tavern », Solana Beach, CA. : Can’t Keep A Good Man Down en slow et un Calling San Francisco plus rapide, Mike Emerson (claviers) y est omniprésent et particulièrement en vedette dans Leaving Trunk enregistré au « Biscuits & Blues », San Francisco, CA. et Castro se fait plaisir avec Any Time Soon, une belle ballade en slow captée au « Wildwood Amphitheatre », Lake Orion, Mi. Avec un Two Hearts bien balancé, on a, en tout, 8 compositions de Castro que complètent 2 covers bien choisis : le Leaving Trunk de Sleepy John Estes en slow avec Emerson à nouveau en grande forme, ainsi que Them Changes de Buddy Miles, enregistré au « Antone’s », Austin, TX (comme Two Hearts).

Robert Sacre

(1) C’est en 2012 que Castro s’est séparé de sa section cuivres et est passé à la formule quartet