Jeanne-Maljean, Duo mai30

Tags

Related Posts

Share This

Jeanne-Maljean, Duo

Robert Jeanne & Jean-François Maljean,

Duo

SEPTEMBER

Après « Quartets » en 1992, « Blue Landscapes », avec Michel Herr, en 2003 et « Awèvalet » en 2014, tous trois enregistrés en quartet, mais aussi « The Maastricht Sessions », en trio sax-guitare-contrebasse, en 2005, voici le cinquième cédé de Robert Jeanne : un duo avec Jean-François Maljean, un pianiste qu’il connaît bien, avec qui il a joué en concert et participé à l’album « Apormidjusofir ». Dans ses liner notes, à propos de J.F.Maljean, Jean-Pol Schroeder parle de « pianiste multi-styles ». Accompagnateur du chanteur Pierre Rapsat, J.F. Maljean a longtemps formé un duo à succès avec Christian Willems, enregistré des albums en solo, comme « Vue sur mer » ou « Voyages », flirté avec ce que certains appellent la « New Age ». Mais lui qui a découvert le jazz grâce à Steve Houben et étudié au Berklee College, a aussi gravé les albums « Latin One », en 2007, avec le trompettiste Olivier Bodson, et « Apormidjusofir », avec de nombreux invités, comme Rhonny Ventat, Didier Laloy, Olivier Bodson, Jacques Stotzem et Robert Jeanne. Au répertoire de « Duo », des compositions originales : Stan que Robert avait enregistré pour l’album « Quartets » mais aussi avec l’Addiction Band de Mimi Verderame; Rue de la Paix, que J.F. Maljean a enregistré sur « Apormidjusofir »; Like good memories de l’ami Mimi et Mississipi Chaser du pianiste Jack Van Poll que Robert a croisé au sein du groupe Cosa Nostra. Pour le reste, le classique My love And I, deux compositions (Hello My Lovely, Our Spanish Love Song) de Charlie Haden, un des musiciens-compositeurs préférés de Robert et deux chansons de Brel, Ne me quitte pas et La chanson des vieux amants. Le duo, « exercice périlleux, travail sans filet » (J.P. Schroeder), demande une réelle complicité empathique : elle est là. On retrouve chez Robert cette sonorité chaude qui évoque irrésistiblement Stan Getz et Al Cohn, deux références majeures (cfr l’interview accordée à Jazzaroundmag, il y a quelques mois). C’est notamment le cas dans Stan, Mississipi Chaser et les deux emprunts à Haden. Chez J.F.Maljean, on retrouve un penchant marqué pour un lyrisme mélodique, très « chanson », comme dans les titres de Brel. En bonus, le duo reprend Hello My Lovely et Stan avec Matteo Di Leonardo. Guitariste italien formé au Conservatoire Luisa d’Annunzio de Pescara. Matteo Di Leonardo est arrivé en Belgique en 2016, pour s’inscrire au Conservatoire de Bruxelles et retrouver des compatriotes comme Filippo Bianchini (saxophone ténor) et Armando Luongo (batterie), en compagnie de qui il a enregistré « Sketches » en 2018, avec Philip Catherine en invité. Sur ces deux dernières plages, il insufle une énergie supplémentaire au duo.

Claude Loxhay