Billy Branch & The Sons Of Blues août26

Tags

Related Posts

Share This

Billy Branch & The Sons Of Blues

Billy Branch & The Sons Of Blues Roots And Branches,

The Songs Of Little Walter

ALLIGATOR RECOR

Né en 1951 à Chicago et harmoniciste de renommée internationale, Billy Branch est «tombé» dans le blues dès 1969. En 1978, il figure avec un titre dans une anthologie du label Barrelhouse et depuis cette date, à nos jours, il a publié 11 albums sous son nom avec les Sons Of Blues. Il a aussi participé à un nombre effarant d’albums d’autres musiciens. De plus, il a eu la chance d’avoir comme professeurs des sommités comme Junior Wells, Carey Bell, Walter Horton, James Cotton et bien d’autres, même s’il n’a jamais pu rencontrer de son vivant celui qui est considéré comme le meilleur harmoniciste de blues de tous les temps, à savoir Little Walter (Marion Jacobs). Mais Little Walter reste sa référence ultime et son modèle. C’est dire s’il a réagi avec enthousiasme à la proposition de Bruce Iglauer, du label Alligator, d’enregistrer un album en hommage à ce bluesman exceptionnel. Dans les termes mêmes de Branch : « il n‘était pas question de reproduire note pour note le jeu de Little Walter et de faire des copies à l’identique de ses compositions mais bien d’ajouter aux mélodies des éléments modernes de soul , de funk et même de gospel tout en préservant le style innovant et la spécificité de Walter ». A l’écoute de l’album, il faut reconnaître que le pari est largement réussi, avec un solide coup de pouce des Sons of Blues : Sumito ‘Ariyo’ Ariyoshi, au piano, Giles Corey à la guitare, Marvin Little à la basse et Andrew « Blaze » Thomas à la batterie. Parmi les 14 faces, 9 ont été composées par Little Walter dont les célébrissimes Juke, Last Night, You’re So Fine, Blues With A feeling etc., et 2 sont de la plume de Willie Dixon (My Babe et Mellow Down Easy), les autres sont des morceaux que Walter aimait jouer en public (Key To The Highway). A noter qu’il y a une quinzième plage avec des souvenirs racontés par Marion Diaz, la fille de Walter. Album chaudement recommandé.

Robert Sacre