JP Estiévenart Quintet, Strange Bird nov07

Tags

Related Posts

Share This

JP Estiévenart Quintet, Strange Bird

Jean-Paul Estiévenart Quintet,

Strange Bird

OUTHERE MUSIC

Voici le nouveau projet de Jean-Paul Estiévenart, « Strange Bird », un projet qui va en étonner plus d’un. A côté de ses nombreuses collaborations, d’Urbex à MikMâäk, du LG Jazz Collective au quintet de Jérémy Dumont, le trompettiste montois avait proposé deux albums personnels gravés en trio, avec Sam Gerstmans à la contrebasse et Antoine Pierre à la batterie : « Wanted » en 2013 et « Behind The Darkness » en 2016. Une formation « minimaliste », sans instrument harmonique, avec la trompette comme seul support de la mélodie : une musique intimiste et parfois mélancolique, en souvenir des terrils de son Hainaut natal. C’est une tout autre formation qu’il a réunie ici, un quintet avec piano, guitare et rythmique. Au piano, quelqu’un que Jean-Paul connaît bien : Nicola Andrioli qu’il a croisé pour « Melys in Diotta » du contrebassiste Manolo Cabras et pour « Black Rainbow » du guitariste Lorenzo Di Maio. Là aussi un quintet avec guitare, trompette et piano certes mais totalement différent. Lorenzo Di Maio possède un background assez rock, avec effets de distorsion ou saturation, là où le Français Romain Pilon opte pour une sonorité purement jazz, dans la lignée de Jim Hall ou Kenny Burrell. Né à Grenoble, Romain Pilon a rejoint le Berklee College de Boston et a croisé Pat Metheny comme Lionel Loueke. Il a, à son actif, plusieurs albums, notamment « NY3″, gravé à New York, avec Matt Brewer à la contrebasse et Colin Stranahon à la batterie et « Copper », avec le saxophoniste Seamus Blake et le pianiste Pierre De Bethmann. A leurs côtés, la rythmique de Taxi Wars et du quartet de Veronika Harcsa et Balint Gyemant, soit Nicolas Thys à la contrebasse et Antoine Pierre à la batterie, l’assurance d’une rythmique sans faille et d’une inextinguible vigueur : un vrai moteur à groove. Enfin, sur trois plages (Henri, La Caseta et Sshhh!!!), Jean-Paul accueille Logan Richardson, le saxophoniste alto natif de Kansas City, qu’il avait croisé lors d’un Jazz à Liège : un musicien au tempérament de feu qui a côtoyé Pat Metheny, Ambrose Akinmusire, Greg Tardy, Jason Moran ou Billy Hart et qui a notamment enregistré « Shift » avec Metheny et Moran. Au répertoire, huit compositions originales dont certaines inspirées par des voyages en Espagne (Barcelona, Con pasión, La Caseta, Inès 11). La plupart du temps, exception faite de Inès11 et Sshhh!!!, des thèmes de 5 à 10 minutes qui permettent à chacun de s’exprimer ad libitum. De belles mélodies aux longues envolées lyriques de trompette (Henri), avec de beaux échanges entre trompette et guitare (Barcelona). Des thèmes vifs, aux accents post bop, avec un bel unisson trompette-alto (Henri) et un alto volubile et tranchant, sur un ostinato de contrebasse (La Caseta). De belles ballades aussi, portées par la trompette, avec solo de contrebasse et piano (Con pasión), belle intro de piano sur fond délicat de balais (Strange Bird) ou avec la sonoirté ouatée d’une trompette bouchée (Inès11). Bert’s sketch peut se lire comme un hommage à Bert Joris, avec une sonorité de trompette tout en rondeur et Sshhh!!! est une pièce plus libre, plus ouverte à l’improvisation, avec trompette et alto incisif sur fond bouillonnant de cymbales. Un autre versant du grand talent de Jean-Paul Estiévenart, au sein d’une formation homogène et parfaitement soudée.

Claude Loxhay

Concerts

30/11: Liège, L’An Vert

15/12: Bruxelles, Bozar, avec Logan Richardson

12/3/20: Gand, Bijloke

22/4: Waterloo, Chapelle musicale

14/5: Liège, Mithra Jazz Festival