Pépites #55, Around Jazz oct29

Tags

Related Posts

Share This

Pépites #55, Around Jazz

Around Jazz, quelques pépites…

C’est du jazz… mais pas tout à fait non plus. Voici une collection de disques qui méritent qu’on leur rétrocède une oreille très attentive.

Cet automne, le label indépendant Hubro fête ses dix ans d’existence. Ce grand pourvoyeur de « pépites » et de musiques nordiques improvisées attache un soin particulier à la survie du disque en sa qualité d’objet (cf. les pochettes dont le design est confié au groupe Yokoland). Il y a de la matière ! Durant ces années, les artistes scandinaves audacieux se sont multipliés comme les pâquerettes au printemps… Sans doute faut-il en tirer des conclusions. En guise de gâteau d’anniversaire, le label au petit hibou s’offre une tournée Hubro Nights à Rotterdam, Paris, Berlin et Londres (que fait Bruxelles?) dans les jours qui viennent, et nous propose quelques nouveautés dont il a le secret. En fait, chaque amateur de belles découvertes devrait adopter un hibou chez lui.

Démarrons ce vaste chantier avec le contrebassiste Mats Eilertsen (« Reveries and Revelations »), un produit de la riche scène de Trondheim et membre fondateur du groupe-culte Food. Véritable fer de lance de cette nouvelle scène nordique qui entremêle les affinités électrique et acoustique, l’homme méritait l’honneur d’une mise en avant. De rêveries, il sera particulièrement question sur cet album conçu sous la forme d’un assemblage de sons dont certains ont été confiés à de prestigieux amis. Arve Henriksen (trompette) et Eivind Aarset (guitares), pour ne citer que ceux-là, apportent leur écot à cet album qui nous embarque sur le chemin de l’étonnement. Ca tombe très bien, c’est exactement l’effet que son auteur souhaitait produire sur nous.

 

 

 

 

 


« Lanzarote » est le nom d’une des îles Canaries, dont la douceur du climat se trouve aux antipodes de ce que Jo Berger Myhre & Ólafur Björn Ólafsson connaissent dans le Grand Nord. Il s’agit aussi du titre du second album du duo, choisi en hommage à ce lieu paradisiaque où Ólafsson a vu pour la dernière fois son ami, le compositeur néo-classique islandais Jóhann Jóhannsson, avant que celui-ci ne décède brutalement (voir à ce sujet notre chronique «12 Conversations with Thilo Heinzmann» ici). Enregistré entre Reykjavik et Oslo où ils vivent respectivement, ce « Lanzarote » mélodieux suinte la mélancolie, voire une certaine forme de tristesse que le binôme habille d’un halo de mystère contrasté. Très beau et très intrigant !

 

 

 

 

Un objet exothermique est un objet qui diffuse de la chaleur selon un procédé chimique que seuls les scientifiques seront capables de vous expliquer clairement. Bien vu, ceci dit… Exoterm («Exits Into A Corridor») est aussi le patronyme d’un super-groupe de jazz américain/norvégien dont la musique post-rock énergique (ou punk-jazz apocalyptique si vous préférez) correspond parfaitement à la définition vue plus haut. Un super-groupe, donc, emmené aux limites de l’enfer par le bassiste Rune Nergaard, issu du fameux Conservatoire de Trondheim (oui, encore un) et que l’on a rencontré au sein de la formation Bushman’s Revenge (une dizaine de références pour le compte du label Rune Grammofon). Les noms des autres membres d’Exoterm nous sont eux aussi familiers. Nous retrouvons ainsi le batteur atypique Jim Black, le guitariste décalé Nels Cline et le souffleur zornien Kristoffer Berre Alberts. Ceci sans méthode prédéfinie (bonjour l’improvisation), juste pour le plaisir de l’écoute et du jeu ! Honnêtement, à voir les musiciens alignés en uniformes de parade sur la pochette, on doutait fort que le Sharbo Skulekorps puisse attirer notre attention. Seuls les imbéciles ne changent pas d’avis. Une fois les préjugés anéantis (assez rapidement en cours d’écoute), on s’étonne d’apprécier cette fausse fanfare aux allures de banda de carnaval. Fausse fanfare, faux big band, mais vrai groupe de jazz-rock ou pop au tempérament impétueux.

Notez encore ces quelques nouveautés qui méritent qu’on leur rétrocède une oreille attentive :

- « Border Woods », par l’accordéoniste Frode Haltli qui entrecroise le folk, les musiques du monde et le néo-classique de façon étonnante.

- « The Exotica Album », sorti de l’imagination du compositeur norvégien Oyvind Torvund. Une parade lounge pour bidouillage et petit orchestre de chambre.

- « The Haze of Sleeplessness » par le claviériste Stale Storlokke ou le retour des musiques électroniques d’autrefois. Imaginez un croisement Klaus Schulze/Terry Riley, en plus jeune…

Hubro, le label au petit hibou distinctif sur la pochette est distribué dans le BeNeLux via New Arts International et en France par OutHere. Les Hubro Nights (Bushman’s Revenge + Erlend Apneseth Trio + Building Instrument) se tiennent à Rotterdam le 31 octobre, à Paris le 3 novembre, à Londres le 4 novembre et à Berlin le 5 novembre. Pour plus d’infos rendez-vous sur le site ICI

Joseph « YT » Boulier