Enrico Pieranunzi, Common View mar05

Tags

Related Posts

Share This

Enrico Pieranunzi, Common View

Enrico Pieranunzi – Jasper Somsen – Jorge Rossy,

Common View

CHALLENGE RECORDS

Qui peut encore ignorer le pianiste italien Enrico Pieranunzi ? Si cela arrive, même chez certains programmateurs… Pourtant, qui, à part Martial Solal ou Joachim Kühn, a pu croiser la crème du jazz américain : Chet Baker, Phil Woods, Lee Konitz, Jim Hall ou Ralph Alessi (liste non exhaustive) comme les ténors du jazz européen : Enrico Rava, Philip Catherine, Bert Joris, Rosario Giuliani, Fabrizio Bosso ou Bruno Tommaso ? Au terme d’une septantaine d’albums personnels, la liste des rythmiques qui ont accompagné l’Italien est impressionnante. Après la rythmique italienne, Enzo Pietropaoli-Enzo Sferra, le « must » du jazz américain, Steve Swallow-Paul Motian; Charlie Haden, tour à tour avec Billy Higgins ou Paul Motian; Marc Johnson avec Joey Baron ou Paul Motian; Scott Colley avec Antonio Sanchez ou Clarence Penn. Côté européen : Hein Van De Geyn-Hans Van Oosterhout, Diego Imbert-Dédé Ceccarelli ou, ici, Jasper Somsen et Jorge Rossy. Le contrebassiste Somsen a notamment formé un trio avec le pianiste français Jean-Michel Pilc et Dédé Ceccarelli (« A New Episode In Life ») a formé un quartet avec le saxophoniste américain Bob Sheppard et enregistré « Dreams, Thoughts And Poetry, The Music of Enrico Pieranunzi » avec le néérlandais Karel Boehlee. Membre indéfectible du trio de Brad Mehldau (« The Art Of The Trio »), mais bien avant cela, dès 1983, d’un quartet avec le saxophoniste Perico Sambeat (« New York Barcelona Crossing »), le batteur Jorge Rossy a aussi enregistré avec Nathan Iverson, Kevin Hays ou Chris Cheek (« Saturday Songs ») et a formé, au vibraphone, le « vibes trio » avec Al Foster et un quintet avec Mark Turner. Ici, au répertoire, trois compositions de Pieranunzi, trois du contrebassiste, trois du batteur et des thèmes co-écrits. Ce qui a frappé Jasper Somsen dans le background de Pieranunzi, c’est sa parfaite connaissance du répertoire classique, et notamment de Mozart. Lors de son passage, dans les années 1990, à Jazz au Château (Oupeye), à l’entame d’une interview, c’est dans un répertoire classique que le pianiste italien répétait… Comme à l’accoutumée, l’album illustre toute la dextérité technique comme le sens mélodique du pianiste italien, dans des registres divers : des thèmes mélodiques, Song For An August Evening); des « mid tempos » comme Perpectives ou Falling From The Sky, avec un bel unisson piano-contrebasse, avant un beau solo de Somsen; des cascades de notes très swing comme sur Turn In Path; des rythmes plus décalés, presque monkiens comme sur Sofa ou des pièces à l’allure plus improvisées, parce que collectives, comme Instant Reveal I – II. Comme toujours, de la belle ouvrage…

Claude Loxhay