Pépites #77, Around Jazz avr07

Tags

Related Posts

Share This

Pépites #77, Around Jazz

Around Jazz, quelques pépites…

C’est du jazz… mais pas tout à fait non plus.

Voici une collection de disques qui méritent qu’on leur rétrocède une oreille très attentive.

Stéphane Tsapis Trio & Friends,

Le Tsapis volant 

CRISTAL RECORDS

C’est une invention qui se trouve à la base de ce projet. Le piano « oriental », un piano à quarts de ton conçu à l’état de prototype par le compositeur libanais Abdallah Chahine (1894-1975). Son arrière-petite-fille, l’illustratrice Zeina Abirached s’est inspirée de cette histoire pour publier « Le piano oriental », un roman-BD qui connaîtra un très beau succès qui se poursuivra sous la forme d’un spectacle dont elle confie la musique à Stéphane Tsapis, et dans lequel le pianiste parisien campera d’ailleurs lui-même le personnage d’Abdallah Chahine. Les compositions enregistrées en solo pour le spectacle figurent sur l’album « Le piano oriental » qui sort simultanément avec ce « Tsapis volant », sa version orchestrée. Autour du trio de base (Marc Buronfosse et Arnaud Biscay à la rythmique) viennent se greffer les percussions orientales de Neset Kutas ainsi qu’une multitude de voix interchangeables d’un titre à l’autre. Des voix uniquement féminines, venues de « son quartier » (comme la fidèle Cybèle Castoriadis) ou « du bout du Monde » (comme la chanteuse et saxophoniste d’origine japonaise Maki Nakano). Cet ensemble cosmopolite emprunte les routes tracées entre le Sud (la Grèce, la Turquie, le Liban) et la capitale française. Il sera bien entendu question d’une fusion des genres. Le jazz et la musique méditerranéenne, on le sait, font très souvent bon ménage. Ce « Tsapis volant » en constitue une nouvelle preuve. Magnifique !

Nu Jazz Project,

Next Step

RAGTIME PRODUCTIONS

Nu Jazz Project… « Nu jazz », mais néanmoins éloigné à bonne distance des musiques electro-jazz produites par les Nils Petter Molvaer et autres Bugge Wesseltoft. Ce « Project » à géométrie variable a été monté à Bruxelles par la paire Sylvio Iascio/François Legrain. Un premier album paru il y a huit ans, puis un long silence à peine rompu par la publication de quelques singles éparpillés dans le temps. Pas facile en effet de rassembler tout ce beau monde autour d’un sujet commun, fut-il aussi intéressant. Le projet (selon ce que l’on peut en lire sur le site internet du groupe) semble d’ailleurs se trouver à un moment stratégique de son existence. Ma foi… « Next Step » sort en format vinyle… Deux faces pour un seul concept vieux comme l’immonde : un gars trompe sa compagne qui va lui faire payer très cher cet écart de conduite… La femme, c’est la chanteuse et rappeuse bruxelloise Nephtys, parfaite dans son rôle de lionne irrésistible. Autour d’elle, d’autres voix, une section de cuivres chirurgicale et un groove impressionnant. Ça funk, ça soul, c’est métissé… Bref, ça fait du bien lors du passage dans les canaux auditifs.

The Bureau Of Atomic Tourism,

Eden

RAT RECORDS

Là, les amis, ‘va falloir s’accrocher ! Dès les débuts de cet « Eden » désorientant. Vous voici prévenus. Un brûlot de jazz libre emmené par Teun Verbruggen, manœuvre multifonctionnel dans la vie. En dehors de frappes précises sur les fûts, l’homme branche les machines, gère le label RatRecords et a donné naissance au Werkplaats Walter, un espace avant-gardiste bruxellois où le répertoire d’Eden a été joué à l’occasion du vernissage. A ses côtés, un gang aux allures bigarrées. D’une part, Jozef Dumoulin au Fender Rhodes, l’autre Belge dont le rôle est essentiel, notamment pour les compositions qui s’éloignent de l’univers qu’on lui connaît. Mais aussi une paire scandinave (Ingebrigt Haker Flaten à la basse, Magnus Broo à la trompette – tous deux membres du groupe Atomic que les fans d’improvisations connaissent). Ensuite, un saxophoniste américain (le polyvalent Jon Irabagon) et enfin le guitariste français Julien Desprez. Longs ou courts, les titres de cet album vous laissent peu de répit. Explosive, chaotique et complexe, la musique de ce Bureau vous sortira sans aucun doute de votre confort d’écoute. A l’image de la pochette, une œuvre signée du pinceau de Carole Vanderlinden. Pour aventuriers avertis !

 

Joseph « YT » Boulier