Tags

Related Posts

Share This

Ivan Paduart, de Bacharach à Ibiza

Ivan Paduart, Plays Burt Bacharach (Lc Music)
Ivan Paduart, Ibiza (Mons Record)

WWW.IVANPADUART.COM

Pianiste connu et reconnu sur la scène internationale, le belge Ivan Paduart s’est fait plus discret depuis quelques années. Choix personnel, hasard de la vie, du calendrier ou des médis, nul ne le sait. Par contre, une chose est certaine,  c’est qu’il nous revient en pleine forme avec coup sur coup deux albums de belles musiques et de bonne facture. Le premier est consacré au répertoire du grand compositeur Burt  Bacharach (The Look of Love, This Guy’s In Love With You …) dont les nombreuses chansons ont fait les beaux jours de tous les crooners de la planète. Il a été enregistré à New York, avec une sonorité étincelante et en présence du gotha des musiciens du cru : le batteur Clarence Penn, ce qui est déjà tout un programme en soi, le saxophoniste Bob Malach et le bassiste Jay Anderson. Trois pros de la musique qui mettent bien en valeur les qualités de pianiste de jazz, tendance bar enfumé et swing affriolant de notre Paduart national. Seul bémol !  Un album un peu court, il ne contient que sept morceaux. Mais la qualité supplante facilement la quantité dans ce bel opus à découvrir.

WWW.IVANPADUART.COM

Le second album, «Ibiza»,  est entièrement constitué de morceaux composés par Ivan. Dans un style directement identifiable, romantique, accessible, beau, avec ce petit plus qui fait qu’on retient, chantonne ou sifflote ces petits chefs d’oeuvre. Dès lors, face à d’aussi jolies mélodies, une question se pose :  pourquoi les chanteurs ne piochent-ils pas plus souvent dans le catalogue jazz contemporain ?  Et, pourquoi pas dans celui de Paduart qui grâce à ses talents de compositeur se met toujours au service de la musique, préférant écrire une bonne mélodie simple, mais ô combien efficace, plutôt qu’une «oeuvre» jazz, parfois alambiquée et il faut le dire souvent inaccessible au grand public. Enregistré avec deux complices de longue date, à savoir Philippe Aerts à la basse et  Hans van Oosterhout aux balais, «Ibiza» est un très bon album qui marque donc le retour sur le devant de la scène de cet étonnant artiste, grand amoureux des harmonies, de la composition, de la vie et de l’amour ! Deux enregistrements totalement différents qui trouveront aisément leur place dans votre  collection de disques. Et qui- j’en suis certain- vous donneront l’occasion de redécouvrir les autres jolies compostions d’Ivan Paduart. Dont acte!
Etienne Payen