Terje Rypdal : Conspiracy oct16

Tags

Related Posts

Share This

Terje Rypdal : Conspiracy

ECM

Après Pat Metheny, c’est au tour d’un autre guitariste légendaire du label ECM d’occuper le devant des scènes. Terje Rypdal fait partie des meubles de la structure munichoise. On le retrouvait déjà dans le quartette de Jan Garbarek, il y a cinquante ans (l’album « Afric Pepperbird »). L’année suivante, Manfred Eicher lui suggère de récupérer ses compositions inutilisées pour « Sart » (une autre collaboration avec Garbarek), afin d’entamer sa propre carrière solo. Dès lors, les albums et les fusions peuvent s’enchaîner. Le guitariste norvégien est éclectique. Il s’intéresse aussi bien au jazz rock planant (« Waves », « Descendre », …) qu’à une certaine forme de musique expérimentale (le magnifique « Eos » en duo avec David Darling). On n’oublie pas non plus ses contributions à la musique classique contemporaine à laquelle il offre quelques symphonies, deux opéras et un concerto pour violon particulièrement récompensé (« Undisonus » enregistré en 1986). Que peut-on attendre d’un retour de Terje Rypdal en 2020 ? Avec ce « Conspiracy » qui sort à l’aube de son septante-troisième anniversaire, il reprend le chemin qui lui convient le mieux. Celui qui mène à une musique épurée, jouée en quartette. Pour ce disque, Rypdal s’est entouré d’un mélange de générations. On retrouve avec plaisir un très vieux complice à la batterie, Pal Thowsen, ainsi que le jeune et talentueux bassiste Endre Hareide Hallre. Le claviériste Stale Storlokken (actif aux côtés de Terje Rypdal lors des derniers albums) complète le line up. En vérité, et pour répondre à la question posée plus haut, on peut affirmer que « Conspiracy » n’est pas, et ne pouvait pas être un disque déroutant. Ce qui est plutôt rassurant. On peut considérer que ce nouvel opus est une suite logique aux œuvres du passé. Une suite stratosphérique, introspective, parfois (voire rarement) entrecoupée d’instants plus durs (« Conspiracy »), dont Terje Rypdal détenait déjà la recette…

Parallèlement, ECM réédite ces jours-ci quatre album de Terje Rypdal dans la série à prix spécial « Touchstones ». JazzAround s’en fera l’écho prochainement.

Yves «JB» Tassin