Tuur Florizoone : dans la solitude d’une remise déc16

Tags

Related Posts

Share This

Tuur Florizoone : dans la solitude d’une remise

Premier album en solo de Tuur Florizoone, enregistré dans les circonstances qu’on connaît… Peut-être une autre façon de découvrir l’accordéoniste. L’entretien JazzAround.

Tuur Florizoone © Didier Wagner

«Aucun autre accordéon n’a été domestiqué comme celui-ci. C’est un peu comme un chien, il faut des années pour le dresser.»

Tuur Florizoone © Didier Wagner

Tuur, depuis vingt-deux ans, tu joues sur cet accordéon Bugari acheté en Italie et tu ne t’en lasses pas.
Tuur Florizoone : Tous les jours, je découvre une nouvelle facette de mon instrument. J’ai le privilège d’avoir une vie d’émotions que je traduis à ma façon en cherchant de nouvelles sonorités. Je ne pense pas que la musique doit être démonstrative : jouer du Bach comme exercice, ce n’est pas ma tasse de thé. Du coup, si je joue, il faut que le son surprenne. J’ai un deuxième accordéon, car il faut penser qu’un jour celui-ci deviendra irréparable, mais il lui manque encore mille choses. J’ai plusieurs réparateurs pour mon instrument, en Belgique, à Paris aussi, « La Boîte d’Accordéon » de Laurent Jarry, ou en Italie où je l’ai acheté. On me dit parfois que si je dois remplacer un clavier, ça me coûtera le prix d’un nouveau, mais aucun autre accordéon n’a été domestiqué comme celui-ci. C’est un peu comme un chien, il faut des années pour le dresser.

Comment as-tu réalisé cet album ?
T.F. : Comme les enfants étaient omniprésents pendant le confinement, je jouais la nuit ou alors, je me levais vers cinq heures.  Je jouais vraiment ce qui sortait de mon instrument sur le moment. Je répète rarement, je ne suis pas le genre de musicien qui fait ses gammes régulièrement. J’essaie que ce soit physique, de trouver des nouveaux mouvements de doigts. Ce qu’on entend sur le premier morceau, par exemple, ce sont des accords avec la main gauche qui sont plus hauts que le registre avec la main droite. C’est comme jouer les mains croisées sur un piano.

Tuur Florizoone © Paulien Verlackt

«J’ai pensé à ce scénario pour que ce ne soit pas démonstratif, qu’il y ait une histoire cohérente.»

« Night Shift » est composé de moments très mélodiques comme les deux uniques reprises de l’album, mais surtout de moments où le travail sur le son est important, des moments d’improvisation aussi.
T.F. : Accordéon, ça reste accordéon… Ça peut être fatigant pour les oreilles, c’est dans un registre semblable à celui d’une trompette. Un morceau comme le Brassens dans un registre très doux, il fallait ça dans un programme solo, pour détendre l’atmosphère, tout comme le morceau de Raymond van het Groenewoud ou ce morceau que j’avais déjà joué « To Autumn ». J’ai vraiment réfléchi pour que l’album soit équilibré, j’ai pensé à ce scénario pour que ce ne soit pas démonstratif, qu’il y ait une histoire cohérente.

Tuur Florizoone © Didier Wagner

Tu mets l’accent sur les effets, plus que sur la mélodie, c’est assez nouveau dans ta production discographique.
T.F. : Ce n’est pas comme avec Tricycle ou avec Michel Massot et Marine Horbaczewski où il y a deux ou trois voix, avec une basse, un contre-chant. La musique que l’on fait est mélodique, avec des moments d’improvisation. Mais la ligne est toujours celle de la mélodie. Ici, il y avait l’envie de créer un son qui ne soit pas nécessairement structuré. Il y a surtout des improvisations et puis il y a « Je me suis fait tout petit », un morceau chouette à jouer à une seule main, juste la mélodie.

«Le titre de mes morceaux, c’est un peu comme les prénoms de mes enfants : il a fallu qu’ils naissent et que je les voie vivre pour que je puisse leur donner un prénom…»

On ne parlera pas de mélodie pour « Governing Belgian Style », un petit bijou d’humour surréaliste à la Belge. Le titre t’est venu tout de suite ?
T.F. : Les titres des morceaux, c’est un peu comme le prénom de mes enfants… Il y a beaucoup de gens qui disent trois mois avant la naissance qu’il ou elle s’appellera Hubert ou autre chose… Moi, il a fallu qu’ils naissent et que je les voie vivre pour que je puisse leur donner un prénom… C’est la même chose pour les titres de mes morceaux. Pour « Governing Belgian Style », je trouvais la mélodie un peu chaotique. C’est un morceau qui, à un moment donné, part en couille, et j’ai l’impression que c’est ce qu’on a vécu dans notre pays depuis quelques années et encore plus maintenant. Il ne faut pas être grand compositeur pour écrire ça, c’est un peu un morceau de plombier qui correspond à l’image de notre politique.

«En public, il y a cet aller-retour, un grand luxe pour un musicien, de créer et d’avoir directement le retour qui résonne comme un amplificateur d’inspiration.»

Joue-t-on différemment la nuit dans sa remise que lorsqu’on est devant un public ?
T.F. : En public, il y a le côté aller-retour, un grand luxe pour un musicien, de créer et d’avoir directement le retour qui résonne comme un amplificateur d’inspiration. Une sorte de thermomètre pour voir si ta musique prend ou non. Sur scène, je m’adapte toujours un peu, sans tomber dans le travers de vouloir plaire à tout prix. A Flagey, mon public c’était l’ingénieur du son et un ou deux photographes… C’était déjà trois personnes de plus que ce que j’ai eu les trois mois précédents. C’était aussi particulier avec le vent – le concert avait lieu sur le toit du bâtiment – il fallait que le son soit bien… Et comme je joue complètement en acoustique, le son est très important.

Tuur Florizoone © Paulien Verlackt

Tuur Florizoone
Night Shift
Aventura Musica

Chronique JazzAround

Propos recueillis par Jean-Pierre Goffin