Mike Evans / Paul Kingsbury : Woodstock jan31

Tags

Related Posts

Share This

Mike Evans / Paul Kingsbury : Woodstock

« Comment ?! Encore Woodstock ! » me direz-vous ! Il y a déjà le film, un double puis un triple LP, un box contenant 4 ou 6 cd…. Que peut-on encore ignorer de ce festival ? Les détails les amis, les détails… Et ce livre n’est qu’une suite de détails passionnants illustrés par de superbes photographies. Après la préface écrite par Martin Scorsese, on va se replonger dans la société américaine des années soixante via de petits articles : les protestations, les révoltes, Martin Luther King, la guerre du Vietnam, la naissance du mouvement hippie. Puis les auteurs décortiquent les premiers festivals : le jazz et le folk à Newport, Monterey, Miami et Atlanta (nettement moins connus). C’est à la suite de celui de Miami qu’une entreprise d’organisation de festivals va se créer. On en découvre les membres qui se mettent à la recherche d’un site, tombent sur Max Yasgur qui est propriétaire d’une ferme à Bethel (Woodstock). On nous explique la création de la célèbre affiche, on se retrouve en plein montage de la scène, on se mêle à la foule des festivaliers qui arrivent… Le vendredi à 17h, Richie Havens monte sur scène. C’est Hendrix qui clôturera le festival le lundi en jouant de 9h à 10h30 du matin. Il avait rebaptisé son groupe « Experience » au profit de « Gipsy Sons and Rainbows » ! Pour chaque concert on va nous fournir une mine de détails : heure de passage, composition du groupe, morceaux joués, impressions de l’artiste, superbes photos. Vous allez en apprendre des choses sur Sweetwater, Bert Sommer, Tim Hardin, Quill, Keef Hartley Band qui reçoivent ici le même traitement que les grands noms. Quand il n’y a pas de concert, on suit la vie de cette foule qui va devoir se montrer solidaire, tout en s’amusant dans l’eau ou la boue. Jusqu’au moment du départ… Et puis il y a ceux qui ont été pressentis pour s’y produire mais qui n’ont pas joué à ce festival pour diverses raisons qu’on nous explique : les « refusenicks ». Et la liste est longue : Led Zeppelin, Jethro Tull, Jeff Beck, Free, Spirit, Moody Blues, Doors, Iron Butterfly, Joni Mitchell, Dylan (qui habitait pourtant dans le coin)… J’en passe, la liste est incroyable. Puis il y a les retombées, les coupures de presses généralistes et underground, le film, le bilan financier , les cachets versés aux musiciens (18.000 dollars pour Hendrix contre 375 dollars pour Quill). Puis il y aura Wight, Altamont et même Glastonbury ! On termine avec les commémorations, le musée de Bethel Woods et ce que ces groupes et artistes sont devenus. Je pensais connaître Woodstock… Oui je le pensais. Maintenant je suis incollable sur le sujet, grâce à ce superbe ouvrage.

Mike Evans / Paul Kingsbury
Woodstock
Éditions de la Martinière
288 pages
ISBN : 978-2-7324-8792-2

Claudy Jalet