Triology : Parker par cœur fév04

Tags

Related Posts

Share This

Triology : Parker par cœur

CNM

Triology réunit trois musiciens de premier plan. A la trompette, Carlo Nardozza, né à Genk,  qui a étudié au Conservatoire de Maastricht mais a aussi suivi des stages avec Bert Joris. Membre du Tuesday Night Orchestra et du Vansina Orchestra, il a d’abord formé un quintet pour l’album hommage « Winterslag » dédié à son Limbourg natal. Il fait partie du quintet de Mimi Verderame, a formé des duos avec le pianiste Michel Bisceglia et le contrebassiste Christophe Devisscher et a formé le trio In Bucco al Lupo dédié à ses origines italiennes. Moins connu, il a aussi participé à l’occasion au Red Route Quintet d’Henri Texier… une référence ! A la guitare, Tim Finoulst qui a étudié au Conservatoire d’Anvers avec Peter Hertmans. Il a accompagné la chanteuse Kim Versteyen (album « First Time ») et formé un trio avec Daniel Jonkers (« Narrative »). A la contrebasse, Christophe Devisscher qui a accompagné la chanteuse Kristen Cornwell et a longtemps fait partie du quartet du vibraphoniste luxembourgeois Pascal Schumacher, que ce soit avec Jef Neve ou Franz Von Chassy au piano. Il a fait partie du Tuesday Night Orchestra, côtoyé Bart Defoort et formé un quartet avec Frank Deruyter (« A Fisherman’s Tales »). Personnellement, je pense que ce répertoire purement bop convient mieux à la sonorité éclatante de Nardozza que les ballades italiennes revisitées par Rava ou Fresu. Au répertoire, cinq compositions du Bird : « Blues for Alice »,  « My Little Suede Shoes », « Anthropology », « Confirmation », « Relaxin’at Camarillo ». Du pur bop de feu qui convient à merveille à la sonorité nerveuse de Nardozza. Mais aussi de grands classiques : les ballades « Everything Happens to Me » ou « Laura » qui met en valeur la guitare et la contrebasse, « Just Friends » et « Cherokee » au tempo de feu. Un trio parfaitement équilibré, au swing enflammé mais qui s’illustre aussi dans les ballades. Un grand retour à l’époque faste du bop le plus pur.

Claude Loxhay