BJO + Joe Lovano août24

Tags

Related Posts

Share This

BJO + Joe Lovano

Brussels Jazz Orchestra featuring Joe Lovano

Wild Beauty, Sonata Suite for the BJO

(Half Note)

www.brusselsjazzorchestra.com

Après l’album « BJO’s Finest – Live », première occasion de célébrer le vingtième anniversaire de l’orchestre emmené par Frank Vaganée, voici « Wild Beauty », une « Sonata Suite for the Brussels Jazz Orchestra » concoctée par Joe Lovano. Il faut dire que le saxophoniste, natif de Cleveland (USA) a toujours noué des liens très forts avec la Belgique. Après son passage au sein des orchestres de Woody Herman et Mel Lewis, si l’on excepte » Tones, Shapes and Colors » gravé en quartet avec Kenny Werner pour le label italien Soul Note, et « Paris-Batignolles » enregistré avec Henri Texier pour Evidence, c’est dans notre pays que le saxophoniste américain est venu réaliser l’un de ses premiers albums personnels : « Solid Steps » (Jazz Club Records), enregistré en 1986, en compagnie de Bert Joris, Michel Herr, Dré Pallemaerts et Hein van de Geyn. Par la suite, il sera l’invité de l’Act Big Band de Félix Simtaine (album « Extrêmes » sorti en 1987) et de Philip Catherine en 1988 (la composition Oostduinkerke sur l’album « Oscar »). En 1995, il enregistre « Rhythm Sphere » en compagnie d’Eric Legnini, Philippe Aerts et Félix Simtaine. Par ailleurs, les saxophonistes du BJO, Frank Vaganée, Bart Defoort, Kurt van Herck et Bo van der Werf, ont suivi des ateliers avec Joe Lovano. Enfin, en 2011, l’Américain a été le parrain des Dinant Jazz Nights. Pour Joe Lovano, cette Sonata Suite est d’abord l’occasion de célébrer ses racines italiennes, comme il l’avait déjà fait avec l’album « Viva Caruso » en 2002. S’il dédie cet album à sa mère Giuseppina Verzi Lovano, décédée l’an dernier, il rend aussi hommage à son père, Tony « Big T » Lovano, saxophoniste ténor comme lui, avec qui il a enregistré, en 1986, « Hometown Sessions » (« A Special Limited Edition » gravée, dans sa ville natale, pour Nimbus Record s: un véritable album « collector »). Dans une interview accordée à Jazz in Time en 1993, le pianiste sicilien Salvatore Bonafede, fidèle compagnon de route de Joe et de son épouse Judi Silvano (album « Dancing Voices » de 1991) n’a-t-il pas déclaré:   »Joe Lovano a le même background que moi. Ses grands-parents étaient siciliens et, chez son père à Cleveland, il a écouté aussi du Puccini et des airs d’opéra« , ce qui explique cette admiration pour Caruso, le grand ténor italien évoqué à nouveau dans Wild Beauty. Cette Sonata Suite, produite par Half Note Records, est aussi l’occasion pour Lovano de jeter, à 60 ans, un regard rétrospectif sur son parcours musical, en rassemblant ici des compositions d’époques très différentes. Si les thèmes Wild Beauty et Powerhouse, qui ouvrent l’album, proviennent de l’album « Folk Art » (2009) avec son Us Five, en compagnie de la contrebassiste Esperanza Spalding), Miss Etna date de 1993 (album « Tenor Legacy » gravé en compagnie de Joshua Redman), Sanctuary Park de 1997 (« Trio Fascination » en compagnie de Dave Holland et Elvin Jones), Big Ben de 2006 (un morceau dédié à Ben Webster gravé en nonet pour « Stream of Expression), Our Dearly Bread de 2008 (un thème inspiré par le Dear Lord de Coltrane paru sur l’album « Seraphic Light » du Saxophone Summit) et, enfin, Streets of Naples et Caruso de 2002 (deux morceaux enregistrés en petite formation, avec Gil Goldstein à l’accordéon, lors de l’album « Viva Caruso »). Le succès de ce » Wild Beauty » tient aussi au remarquable travail d’arrangeur confié à Gil Goldstein, un spécialiste en la matière qui avait déjà retravaillé les orchestrations pour l’album « Miles Davis and Quincy Jones Play The Music of Gil Evans ». Conçues initialement pour de petites formations, les compositions de Lovano sont arrangées de manière à s’ouvrir sur un dialogue constant entre le saxophone ténor et l’orchestre dont Goldstein utilise à merveille la large palette sonore, des sonorités tranchantes des cuivres aux couleurs irisées des anches et bois, avec saxophone soprano, clarinette, clarinette basse, flûte et flûte alto, tout en laissant une large place  aux 14 solistes (sur 17) du BJO, avec mention spéciale à Frank Vaganée (saxophones alto et sporpano), Nathalie Loriers (piano), Hendrik Braekman (guitare), Nico Schepers (trompette) et Pierre Drevet (superbe solo de bugle sur Caruso). Avec le thème Wild Beauty dominé par le ténor de Lovano, l’album s’ouvre sur un mid tempo que vient secouer, avec exubérance, Powerhouse. Introduit par une clarinette rejointe rapidement par les saxophones ténor et baryton, Streets of Naples s’ouvre sur une sorte de décalage polyphonique des anches, suivi par un échange tranchant entre soprano ( Bart Defoort), trompette (Jeroen Van Malderen) et trombone (Frederik Heirman) qui traduit bien l’agitation des rues napolitaines. Avec Our dairly bread, présenté par Lovano lui-même comme une prière, le climat devient plus apaisé pour contraster, à nouveau, avec l’exubérance de Big Ben sur lequel Lovano montre sa  parfaite maîtrise de l’aulochrome (ce double soprano conçu par notre compatriote François Louis). Son solo ébouriffant est suivi par une passionnante couse poursuite entre les quatre sopranos du BJO pour se terminer dans un véritable feu d’artifice entre l’aulochrome et tout l’orchestre. Sanctuary Park, de son côté, est une sereine ballade avec de beaux solos de piano (Nathalie Loriers) et de contrebasse (Jos Machtel). Emmené par la batterie de Toni Vitacolonna, le bouillant Miss Etna propose de superbes solos de ténor (Lovano) et alto (Vaganée). L’album se clôt sur un vibrant Caruso emmené par le ténor sur fond majestueux des cuivres : une mélodie bourrée d’émotion qui illustre, avec éclat, cette célébration des racines italiennes de Lovano. Bref ce « Wild Beaauty » est un très grand disque, non seulement du BJO qui signe ici l’un de ses meilleurs albums avec invités (et ils furent nombreux) mais aussi d’un Joe Lovano omniprésent au ténor et particulièrement convaincant à l’aulochrome : assurément l’un des meilleurs big bands actuels et l’une des grandes voix du saxophone au monde. Si vous avez manqué le concert du Gent Festival, ne ratez pas cet album.

Claude Loxhay

***START EMBEDCODE***

***EINDE EMBEDCODE***