Tags

Related Posts

Share This

S.O.S. – Looking For The Next One

S.O.S. « Looking For The Next One

(Cunéiform Records/Mandaï)

S

WWW.MANDAI.BE

Oui la crise et la toile ont frappé et continuent de frapper durement les circuits de production, de distribution de l’ensemble de la création musicale. Pendant ce  temps, l’avènement des plates-formes de streaming et de téléchargement comme Spotify, Deezer, Qobuz &  Co, lèvent un coin du voile des paramètres futurs dans lesquels les artistes devront s’inscrire. Dans le même temps, comme ce fut le cas  pour d’autres évolutions techniques et industrielles, nous pensons que les anciens modèles continueront d’exister, en parallèle, pour les amateurs, pour les « niches », comme on aime souvent désigner les aficionados du jazz et des musiques improvisées. Sur ce terrain-là, des labels comme Cunéiform Records et un distributeur comme Mandaï remplissent une fonction déterminante pour conserver une diversité dans l’offre, une mémoire de la ligne du temps.

Côté « archives »,  l’édition d’un double cédé de S.O.S., un trio composé de saxophonistes, tous actifs sur les scènes jazz en Angleterre, dans les années 1970, ne peut que réjouir les esprits curieux. Un peu, beaucoup, passé sous silence à l’époque,  ce groupe formé, en 1973, par le polyinstrumentiste John Surman (saxophone, clarinette, flûte, synthétiseur) entouré de Mike Osborne et Alan Skidmore, se produira un peu partout en Europe jusqu’en 1976. L’intérêt principal de l’album se situe dans le fait que Surman maîtrisait déjà les claviers électroniques, les séquenceurs, tandis que la batterie était assurée par Skidmore. Si les influences de l’école minimaliste traversent les deux cédés, l’utilisation des séquenceurs par John Surman, en dialogue avec les saxophones, témoignent d’une époque sans doute révolue, mais dont les passages improvisés conservent toute leur intensité et énergie jubilatoire, et plus particulièrement sur le second cédé composé d’extraits du concert donné par S.O.S. à l’occasion du festival de jazz de Balver Höhle, en 1974. John Surman fréquentait alors assidument la scène des musiques improvisées en France, jouant notamment avec Michel Portal et Jean-Pierre Drouet et s’exprimait déjà dans des projets transervesaux comme avec la danseuse et choréographe Carolyn Carlson.

 Les pièces inédites enregistrées en studio et bien entendu le concert inédit de 1974 rendent ce « Looking For The Next One » incontournable pour toutes les oreilles curieuses de musique créative qui s’inscrit ici au carrefour du minimalisme, du rock progressif et de l’énergie de l’Art Ensemble of Chicago !  

Philippe Schoonbrood