West Music Club, Natural déc11

Tags

Related Posts

Share This

West Music Club, Natural

West Music Club (Director: Richard Rousselet), « Natural ».

(Igloo)

WWW.IGLOORECORDS.BE

Maintenir en vie un big band tient de la gageure. Le West Music Club existe pourtant depuis 1969 et Richard Rousselet, le trompettiste des albums « Waitin’ For You » (avec Jeanfrançois Prins et Michel Herr) puis « No Maybe » (avec Michel Herr), le dirige depuis 25 ans, avec pour objectif de respecter la grande tradition swing des années 1930, de Count Basie à Duke Ellington, tout en s’ouvrant à des répertoires plus récents. Si le prestige du West Music Club ne peut égaler celui d’un big band à dimension internationale comme le Brussels Jazz Orchestra, de grands noms du jazz belge y ont collaboré : le guitariste Jean-François Prins, les saxophonistes Bart Defoort et Fabrice Alleman ou les trompettistes Serge Plume et Edmond Harnie (un des membres belges du légendaire Kenny Clarke – Francy Boland Big Band). Après l’album « Live » de 2005, voici un double album (cédé et dévédé) sorti sur le label Igloo. Une trentaine de musiciens différents ont collaboré au projet, généralement avec un personnel d’une vingtaine de membres pour chaque plage. Si l’orchestre fait preuve d’une belle cohésion générale, nombreux sont les solistes de premier plan : le tromboniste Jean-Pierre Pottiez (Spring Wind), les saxophonistes ténor Stéphane Letot (Blue Moon) et alto Thomas Dewattripont (Ride The Wind) et Thomas Van Ingelgem (Winding Way), la flûtiste Isabelle Guérin (Winding Way, Sometime Ago) et l’incisive trompettiste Marie-Anne Standaert qui, avec Richard Rousselet, a enregistré l’album « Special Quintet Live ». Le cédé rassemble quelque 14 titres pour une durée totale de plus de 75 minutes : une série de grands standards signés Johnny Mercer (Come Rain Or Come Shine), Richard Rodgers (Blue Moon), Neal hefti (After Supper) ou Geoof Keezer (Spring Wind). Des thèmes bourrés de swing mais aussi des belles ballades (Over The rainbow avec Fred Parmentier au trombone), un « medium rapide » (Softly As A Morning Sunrise avec Marie-Anne Standaert au bugle), une belle composition de John Lennon et Paul Mc Cartney (Blackbird avec Jaak Govaere et Massimo Staquet au bugle) et le grand classique de Michel Legrand, Les moulins De Mon Coeur chanté par Julie Dumilieu. Au niveau vocal, outre Julie Dumileu, Richard Rousselet a fait appel à Chris Simon (The Summer Wind, Blue Moon) et Chrystel Wautier (Gone With The Wind, Come Rain Or Come Shine). Richard Rousselet a su aussi choisir les arrangements avec discernement : les uns signés Nelson Riddle (Blue Moon), Lennie Niehaus (The End Of A Love Affair), l’Allemand Peter Herbolzheimer (Sometime Ago) ou Francy Boland (Softly As A Morning Sunrise), d’autres spécialement écrits par Michel Herr (Gone With The Wind) ou Jeanfrançois Prins (Les Moulins De Mon Coeur). Pour sa part, le dévédé comporte des séquences d’enregistrement ou de concerts mais aussi des interviews de Richard Rousselet et de quelques-uns des musiciens qui rappellent l’histoire du big band. Une belle réalisation qui rend hommage à une réelle institution ayant pour objectif de mettre la tradition du jazz classique à la portée de tous.
Claude Loxhay